UA-73135419-1

14/12/2011

"Buvez, éliminez!": Une nuit de conseil municipal

 

budget-2011-1.jpegA mon grand dam, j'ai raté samedi soir les mea culpa culturels de Michel Chevrolet et Florence Kraft-Babel, avantageusement remplacés, je dois dire, par la vision de Michèle Künzler dansant sur de l'électro au MàD, et écoutant religieusement Greta Gratos lui sussurer "Mobilisez-moi" sur l'air bien connu de Juliette Greco.

Ce lundi soir, pas question de risquer de rater à nouveau un autre moment unique et inattendu de la politique genevoise. J'ai donc accompagné nos élus dans leur marathon budgétaire. Et je dois dire que je ne me suis pas ennuyée une seconde, au gré des amendements qui défilent et des débats qui s'enlisent. Morceaux choisis!

Alexandra Rys, présidente du Conseil municipal, autorise d'une air goguenard "une certaine vivacité de langage". Ce qui n'a pas empêché Grégoire Carasso (PS) de risquer le coup de règle sur les phalanges en plaçant le mot "cunnilingus" dans le débat. Jusqu'à ce qu'une "vasectomie" presque pertinente du PDC ne lui vole la vedette.

La même Alexandra Rys n'hésite pas à bouder bras croisés et yeux fermés, semblant ne plus entendre personne, quand on remet en question sa gestion des débats. Pour ensuite bien faire comprendre à l'assemblée qu'elle avait raison en reprenant la parole avec une voix de "Je-vous-l-avais-bien-dit" et un petit sourire satisfait. Je ne sais pas vous, mais moi j'ai presque entendu un "nanana nanèreuh", à ce moment-là.

Michel Chevrolet (PDC) se pose en grand défenseur des opprimés, des laissés pour compte, des veuves, des orphelins, des associations et des artistes. Bref, de tous ceux qui souffrent en général. Du trémolo dans la voix, le corps secoué de spasmes d'indignation, il me tire presque une larme.

Daniel Sormanni (MCG), au fil de ses multiples interventions choc, me permet de comprendre que je dois vraiment me débarrasser de la veste en cuir trop petite qui traîne encore au fond de mon armoire. Définitivement out. Tout comme les amendements de son parti contre la culture, lâchés par le PLR et le PDC.

Chaque intervention de Jean-Marc Froidevaux (PLR) me ravit. Le ton (modéré) et le verbe (choisi) de ce petit homme délicat me donnent envie d'aller me faire un thé. De Chine, dans de la porcelaine de Limoges, et de le boire en levant le petit doigt bien haut. Finalement, l'envie passe quand Alexandre Wisard (Les Verts) reprend la parole, et ce sera donc une bonne bière.

Sinon, j'ai promis de ne pas me moquer de l'accent de Simon Brandt (PLR). Et je tiendrai parole.

Entre les deuxième et troisième débats, c'est le temps des regrets et des remords, noyés dans le vin de la buvette. On promet de réparer des erreurs et on prévoit déjà quelques vains coups d'éclat pour l'honneur.

A l'aube du troisième débat, Olga Baranova (PS) menace de tuer un chaton pour tout amendement qui sera argumenté trop longtemps. Elle a sûrement fait passer le mot parmi les élus car la trentaine de nouveaux amendements sont expédiés à la vitesse du nouveau tram 14 (non pardon, chers usagers des TPG, mauvais exemple). Personne, surtout le MCG et l'UDC, n'a eu envie de voir mourir des chatons bien blancs nés et vivants à Genève, qui ne réclament aucune subvention ni allocation familiale, et qui n'encombrent pas les structures d'accueil d'urgence. Bien joué Olga!

En parlant des TPG, un amendement surprise voit la Ville se substituer à la Régie publique pour le financement d'un retour de la ligne 32. L'année prochaine, je demande à la Ville de mettre au budget (également par surprise en troisième débat alors que tout le monde somnole) un vol direct Easyjet Genève-Luxembourg pour aller voir ma soeur plus souvent.

On tente une dernière fois d'augmenter le salaire horaire des nettoyeurs, juste avant que ceux-ci ne viennent effectivement ramasser les amendements chiffonnés et briquer les cuvettes des toilettes passablement manquées par des jets avinés ou pressés de retourner voter.

Passons sur les tours de passe-passe, sur la multiplication miraculeuse des économies et des recettes. Après avoir vu Rémy Pagani marcher sur l'eau qu'Esther Alder venait de changer en vin, le budget 2012 est enfin équilibré, et voté.

 

Commentaires

J'adore votre article et le passage sur Easyjet me fait rire bien que j'ai envi d'hurler j'attends le tram depuis 20 minutes...pas de banc à Bel Air si vos amis pouvaient faire un amendement pour mettre des bancs se serait cool (je plaisante).

Écrit par : mARIE | 14/12/2011

Je ne voudrais pas vous priver du plaisir d'une attaque personnelle qui vous permettrait de vous moquer de mon accent, je suis d'ailleurs certain que vous trouverez aussi motif à moquerie sur d'autres aspects...

Simon Brandt

Écrit par : Simon Brandt | 14/12/2011

Les commentaires sont fermés.