UA-73135419-1

12/01/2012

Les colporteurs

 

colportage.jpgOn a eu beau leur répéter que la dextérité de l'ouvrier l'emporte sur la grosseur de l'outil, leurs certitudes s'expandent jusqu'à s'ériger en verités triomphantes. Cette masse critique leur donne l'illusion de maîtriser les débats, persuadés qu'ils sont de tout savoir des ébats.

Ils n'hésitent pas à violer les esprits faibles et vulnérables de leur turgescence lexicale et grammaticale. Sachant ces molles consciences propres à la fécondation, ou à la contamination, ils en suintent d'autosatisfaction pré-éjaculatoire.

Puis, encouragés par les stimulations des lèche-culs qui les suivent, ils finissent par cracher de façon répétée et spasmodique leur sauce visqueuse, qui coule, s'étale, et se fige. Et les traces de leurs colportages sont tenaces, tout comme l'odeur rance qui s'en dégage.

A la longue, ce verbiage masturbatoire peut provoquer chez eux un priapisme de l'égo. Puisse-t-il aller jusqu'à la thrombose, ou mieux, la gangrène.

02:31 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.