UA-73135419-1

02/03/2012

La cerise sur le gâteau

marie%20b%C3%A9b%C3%A9%20soeurs.jpegJe me souviens très bien de sa naissance, j'avais 6 ans. Je n'ai pas vu d'un très bon oeil l'annonce du débarquement inopiné de cette nouvelle intruse, ma place de fille unique ayant déjà été balayée par l'arrivée, 4 ans plus tôt, d'une première voleuse de jouets.

Mais quand j'ai entendu que ma soeur Laurence voulait appeler le nouveau bébé caca boudin ou patate pourrie, cela nous a bien rapprochées. Voleuse, certes, mais avec de bonnes idées.

Puis Marie-Hélène est apparue. Du bruit, des odeurs, des parents fatigués. Que du bonheur. Un petit machin tout rouge qui criait beaucoup. Je ne voyais pas trop ce que j'allais en faire, sinon lui déformer la face pour la rendre encore plus grimaçante. Au moins ça nous ferait rigoler.

Mais, au fil des mois et des années, la petite boule de chair plissée s'est transformée miraculeusement en fillette toute blonde. Et adorable, je dois bien l'avouer.

Et puis, elle faisait un cobaye conciliant. On pouvait jouer à la maman (et la gronder pour de faux) ou à la maîtresse d'école (et la punir pour de faux). Elle se laissait faire, contente que ses soeurs s'occupent d'elle. Un bon défouloir, en somme. Non, je plaisante, nous ne l'avons jamais martyrisée, nous étions de grandes soeurs la plupart du temps protectrices et magnanimes.

Evidemment, en arrivant dans notre quatuor bien équilibré, la petite Marie nous a obligés à demander une chaise en plus en bout de table au restaurant, et un lit de camp dans les chambres d'hôtel pour 4 personnes. Mais cela ne veut pas dire qu'on la considérait comme la cinquième roue du carrosse, non. Disons qu'elle a été la cerise sur le gâteau. Car oui, elle était sucrée, mais rougeaude.

Elle a grandi, la blondeur naturelle a fait place à des mèches soigneusement travaillées (dont personne n'est dupe). Elle est moins malléable, on ne peut plus lui tordre la bouche ou lui tirer la peau des joues sans risquer de prendre une baffe. Mais remarquez, elle continue d'aimer faire des grimaces, sur les photos, et après quelques verres.

Oui, elle a grandi, mais comme je me souviens très bien de sa naissance, j'avais 6 ans, je vous le rappelle, elle restera toujours pour moi, malgré son entrée fracassante dans la quarantaine, cette petite blondinette rigolote qui a rythmé mon enfance de rires et de sourires.

Bon anniversaire petite soeur, pour tes 40 ans.

11:32 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

oh c'est gentil tout plein....tu m'as presque arraché une larme...Bisous grande soeur

Écrit par : la petite Marie | 02/03/2012

Très beau texte. Et pour moi ça a été une super cousine avec qui j'ai fait les 400 coups. De très bons souvenirs. Bonne anniversaire Marie-Héléne. Grosses bises.

Écrit par : Nathalie | 02/03/2012

Bravo Catherine pour ce très beau texte et très bon anniversaire à Marie-Hélène :-))) faites bien la fête sans abus bien sûr...
Sylvie, ta cousine de Martigues.

Écrit par : Sylvie | 02/03/2012

Superbe déclaration, où se mêlent anecdotes et sentiments profonds. Voilà qui va vous booster, Marie-Hélène, au moment de franchir le cap ! Soyez rassurée, on y survit (et même fort bien) ! Tous mes voeux à vous, ainsi qu'à Laurence et Catherine.

Écrit par : A. Piller | 03/03/2012

C'est émouvant, ça me rappelle aussi mon enfance, très joli article, merci

Écrit par : faire part | 05/03/2012

Les commentaires sont fermés.