UA-73135419-1

05/03/2012

Je te veux si tu me veux

amour.jpg

Une attirance secrète. Vous la croisez de temps à autre chez des amis. Quand elle vous frôle ou vous regarde, vous frissonnez. Quand elle vous parle, vous vous liquéfiez. Votre pauvre cerveau saturé de phényléthylamine et d'endorphines s'affole, et la pompe suit le mouvement. Vous êtes atrocement timide, et elle reste à ce jour persuadée que vous souffrez d'une étrange fièvre ramenée des Tropiques. En tout cas, c'est l'explication désastreuse que vous avez bafouillé quand elle vous a demandé si tout allait bien, inquiète de voir suer, rougir et trembler.

Si vous n'aviez pas si peur, vous vous jetteriez à ses pieds, vous chanteriez sous son balcon, vous lui enverriez une lettre enflammée. Mais même un mail ou un sms, vous n'osez pas. Le plus téméraire que vous ayez tenté a été d'aimer toutes ses photos de profil sur facebook, en espérant qu'elle saisisse l'allusion subtile.

Depuis, elle vous évite soigneusement. Si vous n'étiez pas déjà si fragile, je vous dirais qu'elle vous a pris pour un pervers et un harceleur. Alors que vous êtes juste fébrile, désorienté et impuissant à vous déclarer. De la sérénade au sms, rien ne vous protégera jamais contre le rejet. Oui, la déclaration d'amour reste risquée, mais c'est aussi ce qui fait le charme du jeu de séduction. Vous n'en êtes pas convaincu, vous ne voyez rien de charmant dans le doute, l'incertitude et la souffrance silencieuse. Soit.

Tous les ingrédients sont apparemment réunis pour que vous puissiez endosser le costume de l'un des personnage récurrents de la collection Harlequin. Celui qui est secrètement amoureux de l'héroïne, alors que l'écervelée n'a d'yeux que pour le bellâtre de service. Pendant que vous vous morfondez.

Sauf que vous avez trouvé un moyen imparable pour éviter de devenir un stéréotype de roman de gare à deux balles. La technologie est de votre côté, et vous semblez persuadé qu'elle pourra bouleverser le scénario de votre misérable vie. Vous qui vous évanouissiez à l'idée d'envoyer trois mots par sms à la femme de vos rêves, vous voilà à tapoter comme un fou sur votre téléphone.

Vous allez enfin pouvoir vous déclarer, tout en vous protégeant d'un éventuel camouflet. Non, vous ne porterez pas le costume de l'éconduit, car vous êtes assuré de ne pas prendre de veste. Vous jubilez, et vous foncez tête baissée. "Je te veux si tu me veux, et je t'aimerai si tu m'aimes", avez-vous décidé. Et seulement si. Aucune incertitude ne sera tolérée.

Un ami qui vous veut du bien vous a parlé de ce site internet. Pas un site de rencontre, non, plutôt de prise de température amoureuse. Cet ami bien renseigné sur les choses de l'amour virtuel vous a guidé dans vos premiers pas vers la félicité sans risque. Il vous a montré comment créer votre liste à partir des contacts du répertoire de votre téléphone. Lui ne s'est pas gêné, sa liste d'amoureuses potentielles est longue comme une nuit d'hiver, et contient à peu près tout ce qui se meut sur des talons et dont il a enregistré le numéro ou l'adresse email. Vous, non. Juste Elle. Pour l'instant, en tout cas.

Lorsqu'elle a reçu une alerte du fameux site pour faire de même, elle ne savait évidemment pas que l'impulsion venait de vous, le rougeaud pataud qui transpirait trop. Curieuse de cette invitation mystère, elle s'est laissée tenter. Au moment de créer sa propre liste, elle a pensé à vous. Oui, elle vous trouvait gentil et émouvant, avant votre malheureux "serial liking" sur facebook. Elle vous a donc ajouté, un peu par jeu, pour voir. Elle savait, elle aussi, qu'elle ne prenait aucun risque à lancer ce coup de sonde.

Et c'est là que vous avez remercié le ciel de vivre à l'ère de la communication virtuelle, et non à celle des lettres portées par messager. Ayant chacun inscrit l'autre dans sa liste d'amants potentiels, vous en avez été tous les deux informés. Des trompettes, des confetti, et accessoirement un email. "Votre intérêt est réciproque" vous a dit un petit cupidon pixellisé (ou c'est ce que vous avez cru voir, entre deux larmes de bonheur).

Si elle avait ignoré votre nom dans sa liste virtuelle, vous n'auriez même jamais su qu'elle s'était inscrite sur le site, et vous auriez attendu en vain. Vous voyez, la démarche est tout de même risquée, car l'échec y prendra la forme du silence, du néant. Oh, on ne vous dit pas non, simplement vous n'êtes pas sélectionné, vous n'existez pas. Vous n'êtes rien. Non coché dans la liste à fantasmes.

Mais elle vous a choisi, et elle a ainsi su que vous l'aviez choisie aussi. Il ne vous reste plus qu'à l'appeler, puis lever le nez de votre smartphone, la regarder dans les yeux, et lui dire que vous l'aimez. Sans rougir, sans transpirer, sans trembler.

Je ne sais pas si vous serez heureux ensemble, je vous laisse là, sur votre chemin de traverse. De mon côté j'ai une lettre à écrire, à la plume, sur du vrai papier. Des mots qui vont me mettre à nu devant un homme au coeur peut-être sec. Une lettre d'amour.

http://www.wishide.com/fr/
http://www.huntcha.com/

Commentaires

Belle image de la peur en amour, que vous délivrez ici.
Merci et bonne rédaction de cette lettre sur papier et surtout
meilleurs voeux de succès :-)

Écrit par : tempestlulu | 06/03/2012

Il y en a un qui a décidément bien de la chance ! Puisse-t-il en être conscient, c'est bien là tout ce que je vous souhaite, Catherine :-)

Écrit par : A. Piller | 08/03/2012

Les commentaires sont fermés.