UA-73135419-1

24/03/2012

Je te quitte

 

cm-expo-3.jpegToi et moi, ça a toujours été une histoire compliquée, une histoire d'amour-haine.

Je sais, notre rencontre a été flamboyante, un coup de foudre comme il en existe peu. Tu n'étais pas d'or ni de platine, mais j'ai vu plus loin que l'apparence. Tes nombreuses qualités m'ont immédiatement sauté aux yeux. Tu sais ce qu'on dit? Le véritable amour est censé t'ouvrir de nouveaux horizons et de nouvelles perspectives, te faire voir le monde autrement. Eh bien, oui, je l'ai ressenti cet amour.

Ensemble, nous avons vécu tant de belles choses. Tu étais toujours disponible pour moi, toujours en lice pour les aventures les plus folles. Nous avons voyagé, fait du shopping, mangé dans les meilleurs restaurants, nous nous sommes lovés dans les draps des plus beaux hôtels. Te souviens-tu de notre coup de folie, un matin, quand nous avons craqué en gloussant, les yeux brillants, sur une paire d'escarpins rouges à 350.-, et sa sacoche assortie à 200.-? Nous étions alors dans l'insouciance, et nous en avons bien profité.

Mais cela fait des mois maintenant que notre histoire est au point mort. Nous tournons en rond, nous n'évoluons plus. Tu as atteint tes limites, et moi les miennes. Nous ne partageons plus rien. Nous n'avons plus les mêmes buts dans la vie, plus les mêmes valeurs, je dois maintenant te l'avouer.

Je sais qu'au fond de toi tu m'aimes encore. Tu as d'ailleurs tenté de me retenir avec une lettre d'amour, et de belle facture, je le reconnais. Ah, tu sais y faire pour essayer de raviver la flamme. J'imagine que tu adorerais qu'ensemble nous regardions une comédie romantique sur une tv à écran plat, blottis dans un canapé tout neuf. Et je suis tentée, comment ne pas l'être?

Mais j'ai enfin compris que notre relation était toxique et sans avenir. Tu es machiavélique, et j'ai enfin vu clair dans ton jeu manipulateur. Sous prétexte de vouloir réaliser tous mes désirs, tu m'aliènes. Tu as une mauvaise influence sur moi.

Tu as beau me dire que je ne peux pas partir comme ça, que je dois te rendre des comptes, te rembourser tous tes cadeaux, et avec les intérêts, cela n'y changera rien. Je le ferai, petit à petit, je n'ai pas le choix. Et je penserai toujours à toi avec nostalgie et un pincement au coeur en portant mes escarpins rouges. On n'efface pas d'un coup tant d'années de passion. Mais il n'en reste pas moins, chère carte Visa, que je te quitte.

"Nous apprécions hautement votre fidélité et désirons vous exprimer notre reconnaissance en vous proposant une augmentation de la limite de dépenses de votre carte. Grâce à cette amélioration, vous pourrez organiser votre quotidien à votre aise et financer confortablement de plus importantes acquisitions".

Commentaires

JA JA JA! BIEN VU BIEN DIT ! Oh l'amour des cartes!

Écrit par : Gorgui NDOYE | 24/03/2012

Quand on aime, on ne compte pas ! Beau texte....et dans ta guérison, je te conseille les trocs, marchés aux puces et autres occasions.
Bises,

Écrit par : Claude-Alain | 24/03/2012

Inattendu et bien tourné! LOL!!

:-)

Écrit par : hommelibre | 24/03/2012

Mouis…ça ne durera pas! Do U speak Prada??? ; )))
…vous avez lu le livre de Sophia Kinsella ? Allez courage!
http://youtu.be/fphOZcMzjBk

Écrit par : Barbie Dark Side Forever | 24/03/2012

ouuuuuu, je crois que vous allez faire un disciple....:=))

Écrit par : bb | 24/03/2012

Description soignée, suspense digne du Grand Maître mais (heureusement) happy end !

PS : mieux valent les escarpins rouges que des souliers verts :-)

Écrit par : A. Piller | 25/03/2012

Je réalise vraiment que je n'avais pas vu cela de cette façon et que je peux faire comme je veux vraiment maintenant!

Écrit par : mutuelle | 29/03/2012

Les commentaires sont fermés.