UA-73135419-1

03/05/2012

Néant

exit.jpeg

Je ne crois pas en la survie des synapses sans les neurones, ni n'assimile le néant à la paix. C'est dire si les "RIP" ont le don de m'agacer. Ces emplâtres émotionnels qui ne servent qu'à cacher notre terreur crasse de la non existence.

Je ne parle pas de la mort, qui ne nous embrasse que le temps d'une dernière exhalation, mais de ce qui dure éternellement, sans conscience. Sans rien. De ce qui a précédé notre naissance depuis l'aube des temps et suivra notre trépas jusqu'à la fin de temps. En souffrions-nous avant? Non. En souffrirons-nous après? Pas plus.

 

Ceux qui ont été tant désirés mais n'ont jamais pu être conçus.
Ceux qui l'ont été mais ne sont jamais nés. 
Ceux qui ont ouvert les yeux pour les refermer aussitôt. 
Ceux qui n'ont jamais atteint leur premier émoi amoureux ou leur premier baiser.
Ceux qui n'ont pas eu le temps de réaliser leurs rêves.
Ceux qui n'ont pas vu grandir leurs enfants.
Ceux qui n'ont pas vu naître leurs petits-enfants.
Ceux qui, si vieux, avaient encore tant à nous apprendre, à nous raconter.

Ils ne nous attendent pas. Ils ne veillent pas sur nous. Ils ne sont pas en paix. Leur enveloppe repose, mais le reste appartient au néant. Athée, je les aime d'autant plus tant qu'ils sont là.

00:55 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : mort, néant |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Madame Armand

Je vous lis parfois, vos textes sortant l'ordinaire de l'ordinaire...toutefois, je trouve dommage que ci-dessus, à un moment donné, vous passiez de je à nous...

En d'autres termes, ce n'est pas parce que vous ne voyez pas qu'il n'y a rien...

Peut-être qu'il n'y a rien, mais pas sûr :-)

Cordialement

Écrit par : absolom | 03/05/2012

Et que pensez-vous de ces chiffres? Une étude récente estime à 15 millions le nombre d'Américains ayant vécu une expérience de mort imminente. Soit 5% de la population globale. En Allemagne (Knoblauch, 1999) 3,3 millions d'allemands. Pour la France, le chiffre de 2 millions d'expérienceurs est avancé.
Ces expériences changent la manière de vivre de ces "survivants". Une littérature immense scientifique et non scientifique couvrent ce champ de connaissance.
Intéressant à consulter.
Amitiés

Écrit par : NIN.À.MAH | 03/05/2012

Les expériences de mort imminente sont semblables à des shoots à la morphine (tunnel, décorporation, etc.). Le reste n'est que littérature. Mais que ceux qui trouvent une consolation dans le fait de croire à un arrière-monde continuent seulement de le faire, aucune objection tant qu'ils ne dérangent pas les autres avec leurs illusions.

Je ne souhaite à personne de connaître la maladie d'Alzheimer, car là il n'y a plus d'expérience de "mort imminente", mais d'une mort lente par destruction progressive du cerveau et de la mémoire. Une mort avant la mort. Qui vaut plus comme démonstration que toutes les expériences illuminées.

Écrit par : Johann | 03/05/2012

Bonjour,

`tes-vous athée pratiquante ou non pratiquante ?

Écrit par : Corto | 03/05/2012

@Corto: je pratique assidûment le scepticisme, et parfois même le cynisme.

@absolom: dans le doute, je préfère ne pas croire. Ainsi je ne serai pas déçue après ma mort s'il n'y a rien ;) Ah, zut, inutile, vu que s'il n'y a rien, je ne m'en rendrai pas compte. Et donc ne pourrai être déçue... par contre s'il y a quelque chose auquel je ne croyais pas, je serai agréablement surprise! ;)

Écrit par : Catherine Armand | 03/05/2012

J'espère que vous avez raison Catherine A. pour le néant, si tel n'est pas le cas, j'éprouverais de la tristesse de devoir revenir sur cette magnifique planète peuplée d'ignorants, je n'aimerais pas non plus me retrouver devant un créateur omnipotent à moitié irresponsable
Merci pour cette vie ou j'ai connu l'amour, la musique et la poésie mais bon le néant c'a m'ira très bien. PS j'aime bien votre blog. X

Écrit par : jf | 03/05/2012

"Peut-être qu'il n'y a rien, mais pas sûr :-)"

C'est ce que disent les agnostiques. On ne sait jamais. Bien sûr, bien sûr.

Notre cerveau, c'est comme la mémoire vive des ordinateurs. Tant qu'il y a du courant, ça marche. Le jour où il n'y plus d'électricité par contre... non seulement ça ne marche plus, mais cela s'autodétruit très rapidement. En quelques minutes.


"je pratique assidûment le scepticisme, et parfois même le cynisme."

Excellent! Rien de tel que l'indépendance d'esprit.
Je n'ai jamais compris ce qu'"athée" voulait dire. Si ce n'est une insulte formulée par les croyants qui ont besoin de catégoriser ceux qui ne pensent pas comme eux. Enfin passons, tant que ça en reste là.

Écrit par : Johann | 04/05/2012

Vous avez, en me répondant avec entre autre un (petit) "si", légèrement entrouvert votre porte...non pas celle de votre maison, mais bien celle de votre frontière spirituelle...ce dont je vous en remercie :-)

Écrit par : absolom | 04/05/2012

Vous aurez la gentillesse d'excuser ma grammaire farfelue tant il est vrai que lorsque l'on tombe dans mon domaine, l'excitation me gagne toujours un peu encore...il ne faudrait pas :-))

Bien à vous

Écrit par : absolom | 04/05/2012

"avec entre autre un (petit) "si""

Il ne faut jamais priver les gens d'espoir.

Écrit par : Johann | 05/05/2012

Vous voyez Johann...même vous y arrivez. Cool :-)

Écrit par : absolom | 06/05/2012

"Je n'ai jamais compris ce qu'"athée" voulait dire"
Est-ce de vous, Johann? Vous m'étonnez.
Athée veut dire "sans dieu". Simple, me semble-t-il. Cela ne devrait pas signifier plus que cela. C'est évidemment aussi une insulte utilisée par certains croyants, comme vous l'écrivez. Ou un cri de guerre utilisé par d'autres, qui pensent qu'ils peuvent par cela détruire les croyances.
Agnostique est un mot intermédiaire, souvent utilisé par ceux qui veulent se prémunir d'une punition qu'entraînerait une affirmation plus nette au cas où ... on ne sait jamais. En bonne logique il pourrait s'utiliser dans tous les cas où il n'est pas possible raisonnablement d'affirmer ou d'infirmer l'existence de quelque chose qui dépend d'une croyance: dieu, les soucoupes volantes, les fantômes et ainsi de suite.
En science, où l'in ne peut logiquement et de manière définitive prouver l'existence de rien, la coutume prévaut d'affirmer néanmoins, ne serait-ce que provisoirement et avec un degré de probabilité équivalent pratiquement (sinon théoriquement) à une certitude, l'existence de certains faits, objets ou phénomènes, comme la rotondité de la Terre. Sinon, les scientifique seraient évidemment tous des agnostiques en ce qui concerne les résultats de leurs travaux.

Écrit par : Mère-Grand | 06/05/2012

D'ici quelques minutes, j'ai ma partie dominicale de Quake arena que je ne saurais rater d'aucune manière...mais je reviendrai Johann, d'une parce que ma réponse à votre commentaire était bien facile je l'admets et de deux parce que lisant vos commentaires de par-ci par-là, je sens du costaud dans votre tête.

J'ajouterai ceci:

Peut-être placez-vous votre "moi" à la mauvaise place...le cerveau n'est-il pas juste le "gestionnaire" ? Gestionnaire qui permet à votre âme de déplacer votre corps dans le monde physique que nous connaissons ?

A plus tard si vous le désirez...là je dois aller "dégommer" hihi...

Écrit par : absolom | 06/05/2012

"...par contre s'il y a quelque chose auquel je ne croyais pas, je serai agréablement surprise! ;)"

Vous nous le ferez savoir.... :)

"Est-ce de vous,...."


Excellent Mère-Grand! C'est oublier notre mémoire..... Mais là, l'allusion à la "religion" est sournoise comme à son habitude!

Écrit par : Patoucha | 06/05/2012

J'oubliais cet avis: Prière de confondre les IP en cas d'un autre commentaire signé de Patoucha, car je quitte. Merci!

Écrit par : Patoucha | 06/05/2012

"Vous voyez Johann...même vous y arrivez. Cool :-)"

Tout dépend de ce que vous entendez par "y". Je l'ai dit d'une certaine façon que certains n'auront certainement pas compris : il n'y a rien, pas d'autre côté, pas d'au-delà, pas d'arrière-monde, nada, néant. C'est une évidence. Biologique. Neurologique. (Pour autant qu'on se soit donner la peine de se renseigner sur comment ça marche.) Rien. Comme avant notre naissance. La conscience est un hapax. Un début une fin. Maintenant cette perspective est insupportable pour certaines personnes. Anxiété. Panique. Elles ont besoin "pour vivre" de se raccrocher à qqch, d'avoir un espoir. On nage en plein irrationnel. Et quand je dis qu'il ne faut pas priver les gens d'espoir, c'est simplement que je respecte leur choix de se raccrocher à des illusions, à des fantasmes. Loin de moi l'idée de vouloir les convaincre qu'ils s'illusionnent. Tant qu'ils me respectent aussi. Le problème, c'est que peu sont respectueux, ils ont besoin de convaincre autrui pour se persuader qu'ils détiennent la vérité... révélée. Ils font du prosélytisme. Et là, je dis stop.

Pour le reste, absolom, j'attendrai votre prochain commentaire. ;-)


"Est-ce de vous, Johann? Vous m'étonnez."

Oui, oui, Mère-Grand, je confirme, c'est bien de moi, celui que vous connaissez et pas un imposteur.


"Athée veut dire "sans dieu". Simple, me semble-t-il. Cela ne devrait pas signifier plus que cela."

Justement, trop simple pour moi. Car pour être "athée", il faut d'abord avoir une idée de dieu. Or je n'en ai aucune. C'est une définition en creux. Que je récuse. Et je pense que les dieux existent. Dans la tête de certaines personnes. Comme les mathématiques, par exemple. Pourrait-on définir certaines personnes comme amathématiques? Absurde, non? Tarzan, Superman aussi existent.


"C'est évidemment aussi une insulte utilisée par certains croyants, comme vous l'écrivez."

Et surtout un crime sous certains régimes ou certaines idéologie. Cf. islam. Au Moyen-Age, torture, bûcher, etc.


"Ou un cri de guerre utilisé par d'autres, qui pensent qu'ils peuvent par cela détruire les croyances."

Exemple(s)?


"En science, où l'on ne peut logiquement et de manière définitive prouver l'existence de rien, la coutume prévaut d'affirmer néanmoins, ne serait-ce que provisoirement et avec un degré de probabilité équivalent pratiquement (sinon théoriquement) à une certitude, l'existence de certains faits, objets ou phénomènes, comme la rotondité de la Terre. Sinon, les scientifique seraient évidemment tous des agnostiques en ce qui concerne les résultats de leurs travaux."

Il ne faut pas confondre pensée rationnelle et irrationnelle. La plupart des personnes sont capables de penser rationnellement pour étudier scientifiquement les objets les plus divers, mais dès qu'il s'agit de leur propre moi, du sujet et non plus de l'objet, et d'en envisager la fin, le mode irrationnel se met en marche tellement l'angoisse de la mort a besoin d'être endiguée d'une manière ou d'une autre. Apprendre à gérer cette crise de la pensée sur le mode rationnel n'est apparemment pas donné à tout le monde. Le pire, ce sont ceux qui tuent pour se "consoler" de leur propre fin inéluctable ou pour se prouver qu'ils ont raison.

La science se penche sur ce qui existe, même ce qui n'existe que dans la tête des gens d'un certain point de vue (médecine, psychologie). Mais elle est effectivement impuissante à prouver l'inexistence d'une pure idée. Jupiter ou une licorne rose, par exemples. Ce n'est pas son rôle.

Écrit par : Johann | 06/05/2012

Catherine, vous ne m'avez pas répondu, êtes-vous athée pratiquante ?

Écrit par : Corto | 06/05/2012

Je pratique la vie, Corto, ne croyant en rien d'autre.

Écrit par : Catherine Armand | 06/05/2012

Un très beau texte, une fois de plus. La dernière phrase devrait être méditée. Et à la place d'athée, on pourrait aussi mettre le nom de chaque religion, à choix. A mon humble avis, dans leurs textes fondateurs, toutes les religions sont proches, quant à la description des comportements à suivre. C'est l'interprétation qu'en ont fait les hommes, leur soif de pouvoir, de contrôle et domination qui ont pu les détourner. En définitive, la religion c'est comme une étiquette. Elle ne veut pas dire grand-chose. C'est la conduite personnelle de chacun/e lors de son parcours qui en fera (ou pas) des hommes/femmes de bien.

Écrit par : A. Piller | 07/05/2012

"Je pratique la vie."

Excellent. Le sens de la vie est la vie elle-même.


"Et à la place d'athée, on pourrait aussi mettre le nom de chaque religion, à choix."

Je ne suis pas d'accord. Pour la plupart des religions il y a un "après" (dans le judaïsme l'"après" concerne le destin du peuple juif sur cette terre, pas dans l'au-delà), ce qui dévalorise la vie. "On" va au ciel, "on" va retrouver les siens... et j'en passe.


"dans leurs textes fondateurs, toutes les religions sont proches,"

C'est une généralisation pour le moins hâtive. Il n'y a rien de proche par exemple entre le judaïsme qui ne s'adresse qu'au peuple élu et l'islam qui veut conquérir l'humanité entière, fut-ce aussi par la violence. Quant à l'enseignement de Jésus c'est un appel à la guerre et à la discrimination. Malheureusement plus personne ne lit les "textes fondateurs". Pas même les curés. Quand un curé se donne la peine de comprendre comme Meslier ou Turmel, il cache ses écrits ou il se fait excommunier.

C'est la soif de pouvoir de Mahomet qui a donné naissance à l'islam. Idem pour Jésus. Sauf qu'il n'a jamais voulu fonder une religion. D'autres s'en sont chargés et Constantin a récupéré le tout.

Écrit par : Johann | 07/05/2012

"Justement, trop simple pour moi. Car pour être "athée", il faut d'abord avoir une idée de dieu."
Vous cherchez trop loin, me semble-t-il. Pour me dire athée, il suffit que j'aie une idée de l'idée de ce que font ceux qui croient en un dieu. En me disant athée, j'affirme simplement que je ne partage pas cette idée. Inutile de sous-entendre, "évidemment si dieu était autre chose je pourrais reconsidérer ma position".
Il est évident que je suis a- de toutes sortes d'idées déjà apparues ou encore à apparaître dans le cerveau de quelqu'un, ni dans les cerveaux de divers ensembles de personnes.
Pour en revenir plus précisément à l'irrationnel, il peut lui-même faire l'objet d'une analyse rationnelle, comme le montrent les efforts des psychiatres et, mieux encore, certains travaux sur les fonctions du cerveau.
Dès que ces travaux prétendent (à tort ou à raison, si l'on peut dire) expliquer l'origine d'une croyance ou ses modalités, ceux qui les hébergent affirment évidemment aussitôt que c'est autre chose qui a été expliqué. C'est une des raisons pour lesquelles le domaine de l'histoire ou de la science des religions doit à mon avis rester entre les mains des non croyants ou de spécialistes capables de mettre leur foi entre parenthèses. Feu le professeur Jean Rudhardt de notre Université disait très justement que nul ne on sera jamais un Grec de l'Antiquité, même s'il passe toute sa vie à étudier les traces et les témoignages de cette civilisation. Je me demande parfois si ce n'est pas une autre version de l'idée d'incommunicabilité fondamentale entre les êtres, thème cher à la littérature de certaines époques, idée chaque fois entamée, sinon contredite, pourtant par le fait que miraculeusement nous paraissons comprendre et ressentir celui qui fait de cette séparation absolue le thème d'une oeuvre.
P.S. Désolé pour les fautes d'orthographes du genre "équivalant".




En ce qui concerne mes affirmations concernant la science, j'ai effectivement laissé glisser ma pensée de l'idée de dieu vers l'idée de vérité, puis vers celle de Vérité.

Écrit par : Mère-Grand | 07/05/2012

Bonjour Johann...

Désolé du Y, comme dit plus haut, ce fût facile...mais lorsque je vous lis, une chose me saute aux yeux...

Comment savez-vous pour affirmer avec telle Force ?

Écrit par : absolom | 07/05/2012

Comment pouvez-vous savoir qu'il n'existe rien au-delà ?
Quelle est cette Force ?
Vous faut-il voir pour croire ?

N'y voyez point l'interrogatoire mais bien l'intêret :-)

Écrit par : absolom | 07/05/2012

La Science elle-même reconnaît que sa frontière s'arrête à celle de Dieu...

J'adorerais comprendre l'"Evidence"...si vous saviez ce que cela me faciliterait la vie :-))

Écrit par : absolom | 07/05/2012

Et un grand merci à Catherine de permettre la tenue de cette discussion!
Sincèrement.

Écrit par : Johann | 07/05/2012

Catherine, je ne vous ai absolument pas demandé si vous êtes croyante, ma question faisait simplement référence à vos pratiques en matière d'athéisme ?

Vous semblez vouloir rigoureusement lier pratiques et croyances !!

Où est le lien ?

Écrit par : Corto | 08/05/2012

"je pratique la vie", ah bon, vous sentez-vous être la seule personne vivante "pratiquant la vie", cela supposerait-il que vous viviez alors que vos semblables, eux ne le font pas ?

C'est aussi creux que ces paroles de piété alléguées par les membres des grandes sectes, comme le catholicisme ou l'islam, vous venez de faire de l'athéisme une forme de dogme tout aussi naïf que ce à quoi vous comparer vos élans, soit des croyances !

ça ne va pas très loin, dommage !!!

Écrit par : Corto | 08/05/2012

Les commentaires sont fermés.