UA-73135419-1

23/05/2012

Pianos de rues, le retour

777595_pic_970x641.jpeg

Juin 2011, vous vous souvenez? Vous vous êtes levés un matin, et vous avez découvert dans les rues de votre ville des pianos posés ça et là, sans explication.

En se les appropriant, en jouant, en écoutant, en chantant, en applaudissant, de ces simples instruments sortis de leur environnement, les Genevois ont fait un événement, une rencontre, un générateur d’émotions fortes. Chaque piano s'est élevé au rang de sculpture musicale, remettant en question la notion de propriété et les règles d’utilisation et de partage de l’espace public.

Oui, c'était une provocation de les poser là, dans les rues, sans surveillance. De gros doutes planaient quant à la capacité de la population à les respecter, à ne pas les abîmer, les voler, les détruire. Mais en misant sur la confiance, en invitant le public à s’engager, à se parler, à prendre possession de l'objet exposé à tous les risques, il est devenu le leur, et le miracle a eu lieu. Pas un seul incident à relever, ni même un seul tag. Juste de merveilleuses histoires, glanées ça et là, et que, à moins d'un mois du retour de 20 pianos dans nos rues, j'ai le plaisir de partager avec vous dans ce billet.

Deux pianos, deux pianistes, deux cannes blanches

"Deux pianistes, tous deux handicapés de la vue, se sont rencontrés par hasard autour du piano au Jardin Anglais. L’un est Anglais, l’autre Suisse et ils ont une différence d’âge de plusieurs décennies. Ils ont joué des morceaux, avec un public de visiteurs japonais devant l’Horloge fleurie. Ensuite, ils ont traversé ensemble le Pont du Mont Blanc pour retrouver un piano tout seul, suspendu entre Pont et Lac. Et là, le plus jeune a joué un morceau du Clavier bien tempéré, de Johann Sébastian Bach, et son aîné a interprété des chanson de Serge Gainsbourg : Elisa et La Javanaise.  Le hasard – ou le piano – fait bien les choses".

Une nuit au Grand Théâtre

"Un homme a joué pendant 4 à 5h sans partitions, avec un sourire et une joie, un tel plaisir de partager, c'était incroyable! Il y avait une jeune femme de Barcelone qui chantait apparemment dans une chorale, une amie chanteuse, un Chilien, une Colombienne, 2 jeunes Suisses allemands, et quelques genevois. Sont également passés des jeunes collégiens, deux touristes japonais et des Siciliens. Nous étions un groupe de 8 à 10 personnes d'âges différents, de nationalités différentes. Personne ne connaissait personne, et on s'est retrouvés à chanter, à danser, de la salsa, du tango, des valses lentes... On a chanté des chansons des Beatles, de la chanson française, "Ti amo" et autres chansons italiennes à tue-tête. Cela a été un moment exceptionnel, magique, une parenthèse suspendue, à la Fellini! Un jeune a dit "je ne sais pas si vous réalisez, mais c'est unique ce qu'on vit là, c'est de l'ordre du miracle de la rencontre par le biais de la musique".

Des notes en robe de chambre

"J'ai assisté à une scène surréaliste en sortant de l'hôpital. Il y avait un petit jeune, en robe de chambre et pantoufles et... il jouait du piano! Il y avait un piano au milieu de la place, devant l'hôpital! C'était génial, un instant hors du temps!".

La Genève que l'on aime

"Nous avons vu des étudiants du conservatoire jouer devant le Grand théâtre, des junkies sur le piano devant la gare, des dealers pianoter au milieu de Plainpalais, écouté du jazz magnifique au même endroit, des concertos devant une petite foule au rond-point de Plainpalais, de superbes images un peu partout au bord du lac, des envolées lyriques aux Bains, des enfants étonnés des sons émis, de la pure beauté aux Bastions et pleins de moments de complicité, de partage, de respiration et d'espace apparaissant partout en ville... Merci à vous touTEs pour autant de beauté! C'est la Genève que l'on aime; elle est là, tout le temps. A nous de la faire jaillir plus souvent!".

Plus de témoignages sur: http//:www.jouezjesuisavous.com

 

Jouez, je suis à vous, Genève/Carouge/Onex/Vernier/Cologny, du 18 juin au 1er juillet.

Pour soutenir ce projet, et lui permettre de se pérenniser, rendez-vous sur www.tako.ch. Une opération de "crowdfunding" y est en cours.

Photo ©Laurent Guiraud

21:32 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pianos, rues, genève |  Facebook |

Commentaires

Catherine, bravo pour cette excellente initiative que l'on se réjouit de découvrir, ainsi que pour votre prestation, ainsi que celle de Dan, sur Leman Bleu hier soir.

Écrit par : A. Piller | 15/06/2012

Les commentaires sont fermés.