UA-73135419-1

03/06/2012

Les états d'âme de Maudet.com

 

jeu%20de%20go%20bis.jpeg«Cette élection est pour moi totalement incertaine. Il y a peu de chances que je réussisse». Quel candidat au Conseil d'Etat a donc ainsi exprimé dans les médias de tels doutes en pleine campagne? Le prophète? Le Pirate? Non, celui dont il est évident qu'il est le seul concurrent sérieux de la socialiste Anne Emery-Torracinta: Pierre Maudet.

Ce découragement apparent à ce stade, alors que rien n'est encore joué, ne peut qu'étonner. On dit Pierre Maudet solide, stratégique, ne laissant jamais rien au hasard. J'ai donc du mal à croire à l'hypothèse d'un cafouillage de la machine Maudet.com. L'homme est partout, dans les médias, et sur le terrain. Souriant, confiant, énergique. Selon un sondage de la Tribune de Genève au lendemain du grand débat à Uni Dufour, il a même été celui qui a le plus convaincu. Ce pas de côté détonne donc au coeur de cette campagne bien huilée, à deux semaines de l'échéance du 17 juin.

En tant que simple citoyenne non spécialiste du jeu politique, il est risqué que je tente une analyse. Mais je peux par contre me mettre à la place de celles et ceux, dans son parti et en dehors, qui croient fermement en sa capacité à être élu. Quel message leur envoie-t-il? Celui de ne pas voter pour lui, ses réelles ambitions étant clairement fédérales? «Si je suis élu le 17 juin, je prendrai une voie qui m’éloignera de Berne» dit-il dans le même article du Matin Dimanche. Ou tente-t-il par cette provocation détournée de réveiller un électorat de droite divisé, alors que seul un ralliement derrière son nom pourrait barrer la route au PS?

La suite, teintée de mélancolie selon le journaliste, me laisse encore plus perplexe: «Ces derniers temps, je me dis souvent que je n’aurai sûrement pas l’occasion de connaître dans ma vie une fonction politique plus exaltante que celle de maire», et encore «(...) Après avoir donné le signal que j’allais partir, comment je vais faire si je me plante?».

L'expression de tels états d'âme ne ressemble pas au Pierre Maudet qui nous est habituellement donné à voir. Il me semble qu'une fois le costume (même serré aux entournures) de candidat accepté et endossé, il ne devrait plus y avoir de place pour les doutes, en tout cas publiquement. Tel Stauffer qui se prend pour King Kong au sommet de la cathédrale, on s'accroche, on fonce, et on fait au moins semblant d'y croire, coûte que coûte. Surtout qu'il n'est pas exclu qu'il puisse être élu, et il faudra alors qu'il entre dans la peau de Conseiller d'Etat avec la plus grande conviction.

 

Commentaires

C'est peut-ête ce qui fait le charme et la force, de Pierre Maudet: il est tout entier dévoué à la chose publique et à ses idées, donc au bien commun tel qu'il en analyse les tenants et les aboutissants, mais il avance en réfléchissant par lui-même, pas en fonction d'une idéologie partisane. Donc il a des doutes et des états d'âme, qu'il exprime. Il est proche des gens. Vraiment. Pour se déplacer en ville, avec sa petite famille, il le fait en tram et pas qu'en période électorale. Ce qui n'est pas forcément le plus commode, mais ce n'est pas chez lui une posture, c'est bien plutôt une seconde nature. Il ne pratique pas la langue de bois. Il n'affirme pas "je vais être élu", ne se prend pas pour King Kong (au fait, de la part d'une blonde, le fantasme est peut-être mal choisi...) et ne laisse pas dire qu'il va devenir ministre ou que ses adversaires ont rompu le pacte républicain... Il parle vrai, en tout cas il essaie. Et c'est pour cela, en sachant qu'il a bien des risques de perdre, que je voterai pour lui. Cela ne m'intéresse pas de voter pour un adepte de la méthode coué. Je n'aime ni les imbéciles, ni les prétentieux, ni les idéologues psychorigides. Il n'est rien de tout cela. Juste un homme qui essaie de faire du mieux qu'il peut le job qui le passionne et dont le pragmatisme est extrêmement proche du mien.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/06/2012

Il manque à Pierre Maudet l'expérience de la vraie vie. Ses accomplissements familiaux et militaires ne peuvent remplacer ceux qu'il aurait du avoir dans une vie professionnelle bien remplie. A 33 ans, et selon ses propres dires, il n'a jamais eu d'entretien d'embauche, ni à occuper de réel emploi.

Ce manque essentiel commence à compter dans sa "carrière". Et comme l'homme est sans doute doté d'intelligence, il s'aperçoit désormais qu'il n'est pas armé pour aller beaucoup plus loin, que ce soit à Genève ou ailleurs.

Car lorsqu'il aura échoué à la prochaine élection, que lui restera-t-il pour nourrir ses ambitions qui, elles, sont inversément proportionnelles à son expérience?

Très probablement rien. Et alors, ses états d'âmes seront plus profonds encore. Et c'est à ce moment précis que l'on verra s'il a la capacité de rebondir par lui-même - au lieu d'être porté par l'appareil de son parti.

Écrit par : Déblogueur | 04/06/2012

@Philippe: L'image de Stauffer en King Kong n'est pas un fantasme de ma part, mais une affichette (de l'UDC je crois) pour soutenir sa candidature ;)

Écrit par : Catherine Armand | 04/06/2012

Ne soyons pas dupes.

Maudet.com corrige son image en s'humanisant. Et le libéral-radical le sait très bien.

M.

Écrit par : Matthieu K. | 04/06/2012

Vous me rassurez! Je me disais aussi qu'être suspendue à sa main tandis qu'il s'accrochait de l'autre au clocher de Saint-Pierre devait avoir quelque chose d'inconfortable. Surtout avec des Grippen et le DR1 du Red Baron qui vous tournent autour.

Écrit par : Marvel Comix | 04/06/2012

Les commentaires sont fermés.