UA-73135419-1

12/08/2012

Cafouillages à tous les étages

IMG_20120522_193115.jpg

Vous vous opposez à la surélévation de votre immeuble? Vous êtes donc contre les efforts humanistes et désintéressés des propriétaires pour lutter contre la pénurie de logements à Genève. CQFD. Mais au bout chemin de la Montagne à Chêne-Bougeries, le projet de surélévation des trois immeubles bordant la Seymaz prend l'eau de partout.

Les habitants s'opposent, la Commune est plus que réticente, et les propriétaires SwissLife et Crédit Suisse envoient au front un intermédiaire au fort accent suisse allemand (le meilleur moyen de rendre nerveux d'emblée ses interlocuteurs), lâchant au compte-goutte des informations à géométrie variable, tout en refusant de transmettre les documents techniques, et notamment les plans.

C'est une simple lettre envoyée juste avant Noël dernier aux locataires des 550 appartements des immeubles situés aux alentours du centre commercial qui a déclenché les hostilités, annonçant sans préavis et sans aucuns détails des augmentations de loyers, dues à un important projet de transformation immobilière. Une entrée en matière plus que maladroite.

En allant d'eux-mêmes à la pêche aux infos, les habitants, constitués en association et assistés d'un avocat, ont découvert avec inquiétude l'ampleur du projet: surélévations de deux étages pour créer des duplex haut de gamme (ce que les propriétaires avouent en séance avec l'association des locataires, puis passent sous silence dans les procès verbaux mis en ligne), transformations intérieures majeures des appartements existants (et suppression pure et simple de certains), aménagement de deux nouveaux parkings souterrains et abattage d’une quarantaine d’arbres.

Les désagréments du chantier (deux ans de travaux de surélévation, puis un mois sans cuisine, puis un mois sans salle de bain, puis des hausses jusqu'à 70% pour les loyers actuels les plus bas) "sont le prix à payer pour que les locataires actuels puissent continuer à profiter de leur appartement après les travaux de rénovation et de surélévation". Cette menace à peine voilée de résiliation des baux des locataires récalcitrants revient régulièrement, en conclusion de chaque question qui fâche, dans les FAQ du site d'information des propriétaires www.montagne2016.ch. Maladroit, encore.

Mais les travaux ne commenceront pas comme prévu à l'automne 2012. Les observations sur le projet de changement de zone sont encore à l'examen au sein du Département de l'urbanisme et n'ont pas encore été transmises à la Ville de Chêne-Bougeries, et la demande d'autorisation de construire n'a pas été publiée dans la Feuille d'avis officiel. De leur côté, les locataires (dont je fais partie depuis bientôt 20 ans) continueront de se battre contre la construction de duplex peu adaptés aux besoins de la classe moyenne, contre l'abattage des arbres du quartier (11 ont déjà pu être sauvés via une pétition), et surtout contre les hausses massives des loyers. Vu comme c'est parti, les propriétaires devraient directement acheter le nom de domaine www.montagneauxcalendesgrecques.ch. C'est plus prudent.

Commentaires

Est-ce qu'un jour quelqu'un pourra m'expliquer pourquoi le loyer des locataires en place augmente au seul motif qu'on surélève l'immeuble dans lequel ils habitent ?

Est-ce un moyen, pour les promoteurs, de financer la-dite surélévation ?

Écrit par : l'iconoclaste | 12/08/2012

Officiellement, "les coûts du chantier retenus pour le calcul des augmentations de loyer concernent exclusivement les travaux de rénovation". Mais personne n'y croit vraiment.

Écrit par : Catherine Armand | 12/08/2012

Quel cynisme de la part des propriétaires de ces immeubles. C'est honteux de prétendre lutter contre la pénurie de logement en proposant des duplex en attique de luxe, hon-teux !!!

Écrit par : JG Perret | 12/08/2012

Info officielle sur le site Montagne2016.ch: "En grande majorité, les appartements neufs seront des 4 et 5 pièces destinés à des familles de la classe moyenne. Aucun appartement luxueux n’est prévu".

A la suite de la dernière séance du 6 juillet 2012 avec les propriétaires, et en réaction au PV officiel en ligne sur le site, le Comité du "Groupe Montagne" rapporte aux habitants: "Le procès-verbal de Montagne2016 omet de mentionner que le représentant de Crédit Suisse a déclaré que le propriétaire souhaitait construire des duplex en surélévation, ce qui ne correspond pas, a priori, aux souhaits de la «classe moyenne». Pour le surplus, Crédit Suisse ne prendra une décision définitive sur l'exécution du projet en cours qu'après la délivrance d'une autorisation définitive de construire".

Écrit par : Catherine Armand | 12/08/2012

Il faudrait que ces personnes définissent ce qu'est pour eux "la classe moyenne". Ils ont tellement perdu le contact avec la réalité ...

Écrit par : JG Perret | 13/08/2012

Il faudrait que ces personnes définissent ce qu'est pour eux "la classe moyenne". Ils ont tellement perdu le contact avec la réalité ...

Écrit par : JG Perret | 13/08/2012

Il faudrait que ces personnes définissent ce qu'est pour eux "la classe moyenne". Ils ont tellement perdu le contact avec la réalité ...

Écrit par : JG Perret | 13/08/2012

Je crois que vous avez mis le doigt sur les buts de la surélévation d'immeuble.

J'étais pour la surélévation, malheureusement, puis je me suis aperçu qu'elle ne profite qu'à quelques corps de métier, pas à la population.

Écrit par : minassian | 13/08/2012

Les commentaires sont fermés.