UA-73135419-1

17/09/2012

Effacer et réécrire

CB.jpgUn quartier mort, sinistré. Même la Coop y a fermé ses portes, remplacée par Aldi, dans un centre commercial glauque et vétuste. Peu de terrasses sur la rue, sinon les quelques vagues tables d'un bistro minable, à l'entrée du Brico Loisirs. La rue François-Perreard? Une friche industrielle. L'avenue François-Adolphe-Grison? Vide, et sans intérêt, sinon l'excellente pizzeria Borgia, dont la terrasse se cache -à raison- dans la cour. La place de la Gare? Un parking, et une zone dangereuse à la fois pour les automobilistes et les piétons. La rue Dr-Georges-Audéoud? Une rue-parking pour les clients de la quincaillerie Baud ou ceux de la Migros. Rien à préserver, rien à défendre. 

Et enfin, grâce au CEVA, arrive un projet ambitieux, avec une place piétonne, de nouveaux logements, de nouveaux commerces. Les habitants et les autorités de Chêne-Bourg devraient se réjouir de cette aubaine, de cette opportunité de faire enfin vivre dignement ce quartier sans attrait. Pourtant, le Conseil Municipal et le Conseil Administratif de la Commune viennent de donner un préavis négatif unanime au Plan Localisé de Quartier. Incompréhensible! 

Principal grief? La barre d’immeubles de 140 m de long, prévue à la rue François-Perreard (qui n'a de rue que le nom), qui va, selon une conseillère municipale s'exprimant dans la Tribune de Genève, "séparer notre commune en deux, créer une barrière infranchissable entre le nord et le sud". Comme si ces deux zones avaient jamais communiqué, séparées qu'elles sont par les rails du train et une barrière végétale non entretenue, avec comme seul lien l'ancien passage à niveau de l'avenue de Bel-Air. Il semble au contraire que, loin de couper la commune en deux, le projet va enfin réunir ces deux zones, via la voie verte et les nouvelles les habitations prévues au nord de celle-ci.

Autre argument de la commune: sa densité de population, et la péjoration de la qualité de vie des habitants en cas de constructions supplémentaires. La densité de Chêne-Bourg est toute relative et à replacer dans son contexte, sachant que c'est une commune-ville coincée entre Thônex et Chêne-Bougeries, sans zones agricoles ou grand parc pour pondérer les chiffres. En quoi la transformation de zones en friche, de plus extrêmement bien situées pour de futurs habitants, aurait-elle un impact négatif? Elle apportera au contraire de la vie, du dynamisme, et de nouveaux consommateurs pour les commerçants et restaurateurs, qui attirent à ce jour peu de clients des communes voisines. 

Nommé "Palimpseste", le projet donne le ton juste. Pour effectivement créer "des espaces qui seront un lieu de vie, d’échanges ou de flânerie", une seule solution pour ce triste quartier, effacer et réécrire.

20120917_141026.jpg

La rue François-Perreard, une zone en friche

20120917_141319.jpg

 

 

 

 

 

 


20120917_141004.jpg

La place de la Gare, un parking

20120917_141549.jpg

La seule terrasse de la place de la Gare


Commentaires

@ Catherine:

"Un quartier mort, sinistré." Pas d'accord avec vous sur ce coup. Je le connais bien ce quartier. Certes ce n'est pas les Grottes, mais il n'est pas sinistré. Le centre commercial n'est pas glauque. Il manque d'animation, et Aldi est la chaine la plus triste que je connaisse! Prix bas = aucune déco. Le magasin de fleurs est trop sombre mais je crois que c'est un choix. Le petit bistrot nouveau trouve ses marques et sa terrasse sur la rue Peillonnex est un lieux de farniente et de rencontre - et de wifi! Côté rue de Genève il y a une autre terrasse assez grande. En face celle du petit portugais avec deux tables est souvent squattée par 10 personnes ou plus!

La nouvelle pizzeria et sa terrasse au coin de Peillonnex et Pérréard met de l'ambiance et des lumières le soir. La rue Peillonnex elle-même est devenu un lieu de rencontre animé, un axe où l'on s'arrête facilement pour discuter. Elle aurait pu être traitée de manière moins grise à l'époque où elle a été arrangée en semi-piétonne mais elle est devenue assez vivante et ses arbres sont agréables. Les gamins adorent jouer avec la fontaine du bout en été et les chiens se rafraîchissent dans l'autre (celle à plat). En hiver avec la bise par contre, elle est sauvage!

La rue François Pérréard est animée à un bout par la Maison de Quartier. En face ce sont des habitations à loyer très raisonnable. La photo que vous mettez pour illustrer cette rue Pérréard n’est pas représentative. C’est l’ancienne rue, qui était une zone d’activité de petite industrie et d’artisanat (ça l’est encore en partie, comme Peillonnex à gauche après les pompiers). La rue Pérréard actuelle, celle où l’on circule, est bien plus vivante avec des commerces et le Brico. L’avenue Grison est assez vide, oui. La rue Audéoud: il y a un petit square très fréquenté et agréable entre la place Favre et la Migros.

Place de la Gare d'accord: le parking est envahissant et peu convivial. Et la terrasse est riquiqui en effet. Par contre la place Favre avec sa guinguette n'est pas loin et il y a d'autres terrasses: café du Parc dans Peillonnex (côté parc, pas côté rue). Ce parc entre les immeubles est d'ailleurs très convivial. Il y a l'autre pizzeria au début de la route de Jussy.

Il y a un côté village dans ce quartier et des pôles de rencontre. La modernisation se fera d'une manière ou d'une autre et sera probablement assez agréable. Le projet est sympa et je suis d'accord que les rails coupent depuis longtemps la commune. Je pense qu'il y a une crainte de voir devenir ce quartier une "mégapole".

Écrit par : hommelibre | 17/09/2012

Le principal responsable du manque de caractère de ce futur quartier est l'Etat et les nombreux sinistres des travaux publics qui s'y sont succédé. les habitants et les établissements publics qui sont là n'ont rien à voir dans cette cacade. Lesdits sinistres ont géré le site les uns avec le dogme pour seul justification à leur action urbanistique les autres pétris par la soif de laisser "leur signature". Le résultat est que l'Avenue Grison qui pourrait être charmantissime avec un petit passage piétonnier vers Peillonnex à la hauteur de la cordonnerie est abandonné à son triste sort. Pas la moindre vision si ce n'est celle d'une spéculation sourde et dévastatrice. Le projet qui a été présenté est du même tonneau, une vraie piquette imbuvable.

Si les spéculateurs qui, comme les alligators, sont à l'affût du moindre bruissement sur la lagune avisés par leurs porteurs d'eau politiques avaient la moindre envie de créer un superbe espace convivial ils le pourraient vu l'étendue à disposition. Malheureusement ces gens ne pensent qu'à vendre du béton, comme si ce qu'ils vont poser pour le CEVA ne leur suffisait pas!
Ce plan est pathétique de nullité et de manque total de vision de ce que doit être un éco-quartier, idéal à ce endroit. Pas besoin de faire la moindre barre. Il suffirait de s'inspirer des densités "à l'ancienne" comme le Vieux Carouge, que tout le monde rêve d'habiter. Il y a de quoi faire un bijou de ce nouveau Bourg de Chêne! Tous les chênois doivent se mobiliser pour contraindre le canton à revoir sa copie et contraindre les autorités à proposer un concours dont le jury serait majoritairement composé de chênois. Il y a suffisamment d'architectes et autres spécialistes à Chêne pour donner un avis éclairé, en tout cas plus pertinent que celui en cours!

Quant au commentaire de l'hôte de ce blog à propos des restaurants en place, il est particulièrement inapproprié à propos de celui du brico qui est bien tenu, sert de la nourriture de bonne qualité et propose un service aimable. Il est donc injuste de tirer sur l'ambulance car ce n'est pas le tenancier qui a choisi la qualité architecturale du bâtiment! Par ailleurs, je regrette que rien n'ait été dit à propos de la pizzéria de l'avenue Grison qui, le temps de l'été, nous offre un moment de vacances qui sent bon l'Italie, avec une nourriture de qualité, un service sympathique et des prix très raisonnables!

En conclusion, le plan de ce quartier tient aussi peu compte des futurs habitants que le CEVA de ses futurs passagers, sans parler du gaspillage colossal de deniers publics par des méthodes de travail absurdes.

Mais ça c'est Genève

Écrit par : patrick dimier | 01/10/2012

La petite terrasse du bistro qui a remplacé le restaurant Migros a le mérite d'exister, mais elle est malheureusement juste à côté des voitures qui passent dans ce bout de rue étroit qui devrait logiquement être piétonnier... Il est vrai que depuis que la pizzeria à l'angle a remplacé le resto chinois, c'est mieux, je l'ai constaté ce matin. Mais les trois bâtiments des centres commerciaux du quartier sont atroces, je n'en démordrai pas (celui de la Migros avec son parking au premier étage, juste sous les balcons, celui du Brico et celui qui abrite Aldi).
Les photos qui illustrent l'article ont été prises aujourd'hui même, donc je ne comprends pas votre remarque sur la rue François Pérréard.. parlons-nous du même endroit??

Écrit par : Catherine Armand | 17/09/2012

La rue Pérréard est en deux tronçons parallèles. La nouvelle est celle qui va de la place de la gare à la Maison de Quartier. Elle est plantée d'arbre, il y a l'entrée de Sun Store, l'entrée du parking Brico, des artisans et au bout la maison de quartier et juste après les pompiers.
L'image est une ancienne portion contre la voie et derrière les immeubles. On le voit mieux avec Google Maps: en plan la rue est multiple (comme Peillonnex). En photo on voit mieux la rue actuelle.

La nouvelle terrasse à Peillonnex qui a remplacé la Coop est bien fréquentée. La rue est semi piétonne et resserrée vers la cabine téléphonique, donc ce n'est pas stressant pour les clients. Cette rue Peillonnex est parcourue par une foule: gens qui vont et reviennent du travail, mères de famille, écoliers, artisans, c'est assez animé.

La terrasse de la place de la gare est un peu plus grande que votre photo mais elle est trop petite. De plus elle est fermée - je pense que c'est une protection et une limite nette pour laisser passer les piétions qui sont pris entre cette terrasse et le demi-tour du tram. En été, une suppression de places de parc au profit de tables serait sympathique.

Etant beaucoup dans ce quartier je comprends la réaction à propos de la barre. Cette barre et la tour sont des modèle psychologiques inhabituels à Chêne. Même sous la barre de Peillonnex à droite après le garage de pneux, il y a un tunnel. C'est ouvert. L'endroit du garage est en décrochement. Les immeubles sortent de l'alignement de la rue. Entre le 4 et le 24 des tunnels intérieurs et des communications avant-arrière assouplissent l'urbanisme. La barre et la tour font clairement passer à un nouvel urbanisme. Plus proche de Thônex. Ce qui ne semble pas être le souhait des élus. Mais cela peut se discuter. Si vous voulez une fois nous faisons le tour ensemble.

Écrit par : hommelibre | 18/09/2012

Etant cliente du café "minable"de l'entrée de brico-loisir à Chêne-Bourg que vous mentionnez dans votre blog, je vous informe que cet établissement est très apprécié de beaucoup de gens de Chêne (voire de bien plus loin à la ronde...).
Permettez-moi, à mon tour, de trouver bien arbitraire votre façon de "médiatiser" à large échelle sur votre blog de la Tribune de Genève, une très mauvaise photo, tronquée, de la terrasse, accompagnée de propos tout à fait subjèctifs à l'égard de l'intérieur du lieu.
Personnellement, j'aime beaucoup cet endroit convivial et chalereux, où l'on est bien accueilli, petit bistrot comme on les aime... et qui ont tendance à disparaìtre au profit d'endroits plus "sophistiqués"; si vous appréciez le style "chic" c'est votre droit, rien ne vous empêche de vous y rendre.... mais ne ternissez pas le plaisir des autres par des critiques personnelles

Écrit par : igne | 23/09/2012

D'une manière générale, je partage votre propos relatif à l'approche urbanistique de cet intéressant projet de développement, à la fois communal et cantonal.
Toutefois, je réfute votre argumentation de quartier mort, relation avec la situation actuelle. Certes, le projet apporte des améliorations qualitatives. Mais je ne peux vous laisser parler "d'un bistro minable, à l'entrée du Brico Loisir". Cet établissement très bien géré, accueillant, avec une terrasse très prisée, est à la portée de toutes le bourses. Il mérite une attention particulière. Il en va de même pour le parking de proximité à l'accès très simple, pour la quincaillerie Baud et pour la Migros.
Jean MURITH, ancien Maire de Cologny

Écrit par : Jean MURITH | 28/09/2012

Les commentaires sont fermés.