31/08/2013

La Suisse expliquée aux étrangers, l'essentiel en quatre leçons

Leçon no 1: Le pays aux quatre langues

images.jpegVous le savez sûrement, en Suisse, on parle 4 langues officielles sur un territoire de 7 millions d’habitants: le français, l’allemand, l’italien et le romanche (qui survit péniblement dans 2 ou 3 vallées du canton des Grisons, et dont tout le monde se fout).

 Qu’est ce que cela implique au quotidien quand comme moi on habite Genève ? Rien, me direz-vous… Et pourtant tous les jours, plusieurs fois par jour, chaque suisse côtoie les autres langues nationales, au petit déjeuner, en faisant ses courses, en cuisinant, dans sa salle de bain. Car tout est écrit en trois langues (oui je vous l’ai dit, le romanche tout le monde s’en fout) sur les emballages des produits de grande consommation. Vous imaginez bien que les grands distributeurs ne vont pas fabriquer des emballages différents selon les régions pour un aussi petit pays.

J’apprends par exemple en fixant ma boîte de céréales d’un oeil vaseux au petit matin que le mot "protéine" se dit "Eiweiss" en allemand… Chouette, il faut que je m’en souvienne. Pour quoi faire? Eh bien… Si je suis invitée dans un dîner mondain zurichois, que je suis face à un beau médecin de langue allemande, et qu’on parle alimentation équilibrée… Cela pourrait changer ma vie, allez savoir (ébloui par mes connaissances en mots techniques dans sa langue, il se jette à mes pieds et me demande en mariage).

 Bon ok, je sens que ce nouveau mot ne va pas me servir à grand-chose. Mais insidieusement, pendant des années, ces petits mots allemands ou italiens présents partout sur les produits que j’achète à la Migros ou à la Coop se font une place dans mon petit cerveau, et me rendent ces langues (vaguement) familières. Quel enfant suisse n’a jamais joué à "tu me passes le lait/milch/latte s’il te plaît?".

 Ce qui ne m’a pas empêché d’imaginer 1000 façons d’assassiner Mme Bartz, ma prof d’allemand immanquablement habillée comme une serveuse de la fête de la bière de Munich.

Leçon no 2: La barrière de rösti

Swiss-Cuisine-Rosti-Recipe.jpgOn est le seul pays au monde à avoir une frontière linguistique faite de patates râpées et passées à la poêle. Cette charmante expression symbolise l’énorme fossé culturel qui existe entre les suisses romands et les suisses allemands. Et si c’est une spécialité culinaire qui a été choisie pour représenter ce mur, ça n’est pas pour rien.

 Quand le romand salive devant un bon steak grillé accompagné de frites, le suisse allemand l’émince, le noie sous une sauce brunasse souvent un peu sucrée, et l’accompagne de rösti. Quand il est en forme, le suisse allemand rajoute encore un peu de compote de pomme, de la crème fouettée, ou de la confiture. En Suisse romande, on préfère prendre le dessert après le plat principal, pas sur le plat principal. Ceci dit, c’est peut être pour ça que les Suisses allemands sont plus productifs au travail, ils expédient ainsi le repas de midi plus vite que les romands.



Si ces différences n’étaient que culinaires, on en rirait tous ensemble, suisses totos et welches, autour d’un bon verre de schnaps. Le problème, c’est qu’en Suisse, on ne fait pas que manger, on vote aussi (voir leçon 3). Et là, les résultats des votations sont souvent parfaitement délimités par la frontière linguistique sautée au beurre. A part quelques grandes villes progressistes comme Bâle ou Zürich, à toutes les initiatives auxquelles les romands disent oui (et pour lesquelles le oui semble évident), les alémaniques disent NEIN. Ce qui leur vaut le joli surnom de "Neinsager". 



Mais ne vous y méprenez pas, à part le fait qu’ils portent des chaussettes blanches avec leur costard la semaine, et des chaussettes tout court avec leurs sandales Birkenstock le week-end, les Suisses allemands ont aussi quelques qualités que je dois leur reconnaître: ce sont les champions du bio et des économies d’énergie, ils sont organisés, productifs, disciplinés. Dans les villes, la vie culturelle est souvent riche, ils sont créatifs et audacieux en matière d’architecture ou d’art. Et ils parlent presque tous le français, contrairement aux romands, dont une grande majorité fait une allergie sévère à la langue de Christoph Blocher (ainsi qu’à Christoph Blocher lui-même).

Leçon no 3: La démocratie directe

RTEmagicC_voter-05_01.jpg.jpgNous avons la chance en Suisse de pouvoir voter tout au long de l'année sur tout et n'importe quoi, au niveau fédéral, cantonal et communal. Il suffit qu'une initiative populaire recueille suffisamment de signatures pour que ce soit le "peuple souverain" qui décide, même s'il n'y comprend parfois rien au premier abord. Dès lors, deux choix s'offre à lui: faire ses devoirs et passer des heures à lire et soupeser les arguments des uns et des autres, ou faire confiance à un parti politique en suivant ses consignes de vote. Quel bonheur me direz-vous, vous avez la possibilité de rallonger la durée des vacances et de faire baisser les impôts! Eh bien, ne vous réjouissez pas trop vite: quand on demande son avis au peuple helvétique, il préfère travailler plus et payer plus. Car le Suisse, sur ce genre d'objets, est "raisonnable". Enfin, surtout les Suisses allemands (voir leçon 2).

Le revers de la médaille? La démocratie directe favorise presque toujours le repli national ou l'expression de la peur de l'autre, que ce soit en durcissant la loi sur l'asile ou en interdisant les minarets. On reçoit de jolies enveloppes environ quatre fois par an, on se triture les méninges, on met des petites croix là où ça nous semble juste, puis quand les résultats tombent, on est souvent frustrés, scandalisés, honteux pour la Suisse tout entière. Enfin, surtout les Suisses romands de gauche et ceux qui n'ont pas pris la peine de voter (et ce sont parfois les mêmes).    

Leçon no 4: Le cervelas 

2456042529_small_1.jpgVenons-en maintenant enfin à l'essentiel. Tout suisse qui se respecte a déjà grillé des cervelas au bout d'un bâton sur un feu en pleine nature, en ayant pris le soin de couper les bouts en croix pour les voir avec émerveillement se recroqueviller sous la chaleur. Le cervelas est une saucisse à la chair finement mixée pour qu'on ne sache pas ce qu'il y a dedans (la recette exacte est d'ailleurs un secret d'état, mais ça ne doit pas être loin de ce qu'on trouve dans la pâtée pour chats). Malgré sa composition douteuse, le cervelas est un plat national très apprécié et ma foi pas si mauvais au goût. 

Jusque là, vous me direz, tout va bien, vous les Suisses, mangez vos saucisses pas nettes et basta. Mais non, ça n'est pas si simple. Car le cervelas n'est pas à 100% suisse. La peau qui l'entoure est du boyau de bœuf brésilien, qui donne à notre saucisse préférée un goût particulier et une légère courbure de bon aloi. Sans ce délicat arrondi, le cervelas ne serait plus le cervelas.



Lorsque la maladie de la vache folle a fait un retour en force au Brésil il y a quelques années, la fameuse peau a été interdite d'importation et le cervelas tel qu'on le connaît a bien failli disparaître. C'est un peu de notre culture qui a été menacée. Drame national, l'économie poussait de grands cris (plus de 160 millions de cervelas vendus chaque année quand même), les politiques montaient sur leurs grands chevaux et la population était au bord de la révolution. Depuis, des boyaux alternatifs ont été trouvés, et le cervelas, apprécié tant par les romands que les alémaniques, fait toujours figure de ciment national.

Commentaires

Ce que vous ne voyez pas, c'est que votre billet devrait plutôt s'intituler : la mentalité genevo-française expliquée aux Suisses...
Etant de gauche et franco-genevoise, vous devriez plutôt vous asseoir sur le trottoir et pleurer sur les malheurs de la France, dirigée par la plus magnifique bande d'incapables prétentieux et arrogants que la Terre ait jamais connu...

Écrit par : Géo | 31/08/2013

Répondre à ce commentaire

Démonstration du point 5 malheureusement oublié : Le Suisse est chauvin, comme son voisin me direz-vous, mais si le Français est champion toute catégorie de l'auto-critique ; parfois proche de l'auto-flagellation ; le bon Suisse n'a aucun recul ni aucun humour sur son pays si parfais, beau, uni, sympatique, ouvert et juste !

Écrit par : Dimitri | 01/09/2013

bravo Géo, vous suivez! Je ne perdrai pas une once d'énergie à pleurer sur la France... J'y ai vécu 5 ans en tout (sur 47) et ne me sens pas concernée par ce pays. Alors que je me sens vraiment suisse, c'est là que j'ai grandi et vécu toute ma vie.

Écrit par : Catherine Armand | 31/08/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce petit billet qui m'a fait sourire!
Suisse (et Français) vivant actuellement à l'étranger, j'ai eu grand plaisir à lire cette analyse rigolote. Même si je ne suis pas d'accord avec tout, le fait de vivre à l'étranger me donne un tout petit peu de recule(qui semble manquer à Géo) et me donne la liberté de sourire et non de m'indigner en lisant vos lignes.
Pour l'anecdote: Etant inscrit comme citoyen Suisse à l'ambassade de Bangkok, j'en reçois régulièrement les informations. Sur cette lettre, il n'y a que l'en-tête qui est écrite en plusieurs langues. le reste est en germanique, langue que je ne maîtrise qu'en partie. Après plusieurs demandes pour recevoir les infos si ce n'est en français au moins en anglais(pour que nos amis du Tessin puissent aussi en profiter), j'ai laissé tombé et essaie malgré tout d'y comprendre quelque chose.
Quand à la France mon cher Géo, plus rien ne sert de pleurer. Le bateau sombre gentiment et l'orchestre continue de jouer....

Écrit par : christian | 02/09/2013

Répondre à ce commentaire

Un billet qui se veut drôle (non, ce n'est pas un crime) mais qui n'y arrive franchement pas beaucoup. C'est même assez décevant. Ce genre de texte, j'en ai beaucoup lu dans l'Hebdo dans les années 1990 après le vote contre l'EEE. Pour moi il sonne vraiment bobo/citadin/de gauche qui est persuadé dur comme fer qu'il n'y a que lui qui soit capable de penser "La Suisse" du futur et que les autres ne peuvent qu'être des arriérés intolérant. Vous conviendrez que c'est particulièrement énervant quand on ne pense pas comme vous. C'est limite de la propagande romandocentrée. Concernant les clivages, voit clairement au fil des votations qu'il concerne beaucoup plus les villes contre les campagnes plutôt que romands/alémaniques. Je suis peut être trop sérieux, mais je n'aime pas du tout, dans ce texte, cette façon de se moquer et de discréditer la démocratie directe et de poser les romands en victimes incomprises. C'est trop facile et sonne vraiment faux pour moi. Un peu plus d'esprit civique, s'il vous plaît.

Écrit par : darkfriend | 21/10/2013

Répondre à ce commentaire

Merci, darkfriend, vous exprimez beaucoup mieux que moi ce que je voulais dire. Je me suis laissé emporter par l'énervement que m'a donné ce texte...

Écrit par : Géo | 21/10/2013

Répondre à ce commentaire

Quant à la France, lire que ce que j'ai écrit le 31 août prend un drôle de goût. On attendait un naufrage, c'est la véritable catastrophe qui se pointe. C'est tellement consternant qu'on en vient à avoir un peu de pitié pour les braves gens comme Catherine Armand qui votent socialistes...

Écrit par : Géo | 21/10/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.