UA-73135419-1

12/01/2018

"Vous devriez faire autrement"

Quand on est une simple citoyenne et qu’on est souvent indignée, par les inégalités et les injustices, par les décisions de nos dirigeants qui ne vont pas dans le sens de nos convictions, quand on a beaucoup de rêves pour sa commune, son canton ou la société en général, on peut ne rien faire, continuer de s’indigner ou de rêver, ou on peut au moins participer aux votations avec diligence, pour ne pas laisser les autres choisir et décider pour soi. Dans mon cas, après n'avoir longtemps rien fait (pas même aller voter), j’ai eu l’envie de passer de l’autre côté du miroir, de tenter d’agir plutôt que subir. J’ai tapé à la porte de plusieurs partis, j’ai observé, participé, mais je ne me sentais pas vraiment partie prenante, ni du discours, ni des décisions. Il est difficile en effet de faire sa place et d’apporter sa « patte » dans un grand parti très hiérarchisé. Alors, je suis allée plus loin. Avec d’autres qui avaient la même envie que moi, nous avons créé notre propre parti, qui nous ressemble et qui nous rassemble. 18 mois plus tard, voilà que nous créons un autre mouvement, plus large, afin de donner une place dans la campagne électorale qui s’annonce à des personnes qui veulent s’engager mais rester hors partis. Tout cela a demandé énormément de temps, d’énergie, de détermination. Avec un peu de naïveté, je pensais que -quelles que soient les convictions des gens-, ces efforts pour s’impliquer dans la société et y apporter sa contribution seraient être au moins respectés, surtout par ceux qui de leur côté ne font rien et râlent parce que rien ne change. Mais il faut savoir que c’est une des premières choses auxquelles on se confronte quand on se lance en politique: les "vous devriez faire ceci" ou les "pourquoi ne faites-vous pas cela", ou encore les "vous devriez faire autrement" de ceux qui ne vont même pas voter. Il faut mettre ça de côté et avancer ! Après tout, l'émergence de nouveaux partis ou mouvements n'est-elle pas un signe de la vivacité de notre démocratie ?

Commentaires

La participation citoyenne a la politique est une bonne chose et votre site internet est tres bien fait mais qu`offrez-vous de différent par rapport aux autres partis et formations?

Écrit par : JJ | 12/01/2018

Répondre à ce commentaire

Ce qui nous distingue de ce qu'on appelle aujourd'hui l'extrême gauche, c'est que nous sommes une gauche radicale, mais profondément laïque et républicaine, respectueuse des institutions, de la police, de l'armée, des frontières. D'autre part, nous sommes pour un protectionnisme régional, au niveau de l'emploi comme de la production agricole... Ce qui nous rapproche de la gauche classique par contre, c'est évidemment la défense des plus précarisés et de la classe moyenne inférieure, au niveau de l'accès à l'emploi, au logement, à la santé.

Écrit par : Catherine Armand | 12/01/2018

Répondre à ce commentaire

Un parti non partisan, c`est-a-dire libéré des dogmes-étiquettes et valorisant la qualité de vie ainsi que la solidarité plutot que les performances macro-économiques? Si oui, Rousseau ne vous désavouerait pas... et des dirigeants européens de tout premier plan comme Merkel ou Macron non-plus. Les extremes de gauche et de droite vont vous détester et ca sera tout bénéfice pour vous mais il vous sera plus difficile de vous démarquer de la tédeur fadasse des "centristes" a géométrie variable.

Écrit par : JJ | 12/01/2018

"Ce qui nous distingue (...) c'est que nous sommes une gauche radicale, mais profondément laïque et républicaine, respectueuse des institutions"

quid du PL 11764 en suspens depuis 2015: la Loi d'application du principe de laïcité reste tout simplement INEXISTANTE!.

que dire de la censure de Pierre Gauthier (membre de votre parti) de ma question à ce sujet sur son blog "Ethique en Toc, Islamisme, finies la complaisance et la collaboration!"

Quelle crédibilité démocratique prétend ainsi exprimer votre parti? J'ignore pourquoi -P Gauthier n'a pas daigné répondre à mon mail, cette censure de mon commentaire qui le questionne sur les raisons de l'absence de loi d'application du principe constitutionnel de laïcité, art. 3, PL auquel il a participé:

"Pl 11764 Projet présenté par les députés : Mmes et MM. Pierre Gauthier, Magali Orsini, Salika Wenger, Christian Zaugg, Thierry Cerutti
Date de dépôt : 6 novembre 2015"
http://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11766.pdf

Pourquoi cette absence de législation du principe de laïcité (due dans un délai de 3 ans à la date d'entrée en vigueur de la Constitution, soit Janvier 2016), semble tombée dans les oubliettes ?

Rappel du principe de Laïcité, NON Appliqué, bien au contraire:
"Art. 3.2 Laïcité: Il (l'Etat) ne salarie ni ne subventionne aucune activité cultuelle"
Constitution de la République et Canton de Genève, 2012
https://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_a2_00.html

Vous pouvez certes passer sur la censure de Pierre Gauthier. Mais comment vous et votre parti pouvez justifier l'absence de loi d'application du principe de laïcité selon lequel l'Etat ne doit financer AUCUNE activité cultuelle?

(cc de ce commentaire)

Écrit par : divergente | 13/01/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Pierre Gauthier vous avait déjà répondu sur ce point en commentaire sur son blog, je le recopie ici avec son autorisation :
"Le PL sur la laïcité est à l'étude depuis deux ans dans la commission des droits de l'homme du Grand Conseil genevois. Ce jeudi 11 janvier, a eu lieu le troisième et dernier débat. Je n'ai hélas pas pu participer à toute la séance de commission car j'ai été retenu par des obligations imprévues mais impératives... Ainsi, après rédaction et inscription des rapports à l'ordre du jour, ces projets seront débattus en séance plénière dans les semaines à venir."

Écrit par : Catherine Armand | 13/01/2018

Répondre à ce commentaire

Merci de relais.
P.Gauthier

Écrit par : Pierre Gauthier | 13/01/2018

Le 3.2 sur la laicité est difficilement applicable tel quel puisqu`alors la collectivité devrait se résoudre a laisser doucement tomber en ruine des temples qui font partie du patrimoine. Il faudrait donc commencer par donner a la collectivité la propriété de tout ce qui mérite d`etre entretenu. Ainsi, dans le systeme actuel, ce sont les dons et contributions qui sont censés permettre l’entretien des biens de l’Eglise protestante de Geneve (mais n`y suffisent bien-sur pas), dont la plupart sont par ailleurs inaliénables (l’EPG a l’interdiction de les vendre d’après la loi sur les biens d’avant 1907).

Écrit par : JJ | 14/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.