UA-73135419-1

12/01/2018

"Vous devriez faire autrement"

Quand on est une simple citoyenne et qu’on est souvent indignée, par les inégalités et les injustices, par les décisions de nos dirigeants qui ne vont pas dans le sens de nos convictions, quand on a beaucoup de rêves pour sa commune, son canton ou la société en général, on peut ne rien faire, continuer de s’indigner ou de rêver, ou on peut au moins participer aux votations avec diligence, pour ne pas laisser les autres choisir et décider pour soi. Dans mon cas, après n'avoir longtemps rien fait (pas même aller voter), j’ai eu l’envie de passer de l’autre côté du miroir, de tenter d’agir plutôt que subir. J’ai tapé à la porte de plusieurs partis, j’ai observé, participé, mais je ne me sentais pas vraiment partie prenante, ni du discours, ni des décisions. Il est difficile en effet de faire sa place et d’apporter sa « patte » dans un grand parti très hiérarchisé. Alors, je suis allée plus loin. Avec d’autres qui avaient la même envie que moi, nous avons créé notre propre parti, qui nous ressemble et qui nous rassemble. 18 mois plus tard, voilà que nous créons un autre mouvement, plus large, afin de donner une place dans la campagne électorale qui s’annonce à des personnes qui veulent s’engager mais rester hors partis. Tout cela a demandé énormément de temps, d’énergie, de détermination. Avec un peu de naïveté, je pensais que -quelles que soient les convictions des gens-, ces efforts pour s’impliquer dans la société et y apporter sa contribution seraient être au moins respectés, surtout par ceux qui de leur côté ne font rien et râlent parce que rien ne change. Mais il faut savoir que c’est une des premières choses auxquelles on se confronte quand on se lance en politique: les "vous devriez faire ceci" ou les "pourquoi ne faites-vous pas cela", ou encore les "vous devriez faire autrement" de ceux qui ne vont même pas voter. Il faut mettre ça de côté et avancer ! Après tout, l'émergence de nouveaux partis ou mouvements n'est-elle pas un signe de la vivacité de notre démocratie ?