UA-73135419-1

05/09/2013

Sortie de tôle!

1241673_10201185657257548_385317309_n.jpgJe vous rassure, mon titre ne contient pas de faute d'orthographe et je n'étais pas en prison. Mais dans un sens, oui, tout de même. J'étais prisonnière d'un engin qui me coûtait une fortune et que j'utilisais peu. J'ai donc décidé de me passer de ma voiture, et l'ai vendue il y a quelques jours. Mais le but de ce billet n'est pas de faire de la propagande anti-bagnoles et de tenter de vous culpabiliser en me faisant passer pour une sainte qui a sacrifié sa mobilité individuelle sur l'autel de la conviction et du bien-être commun. Je vais tout de suite décevoir les écolos qui seraient tentés de me porter aux nues: ma motivation est principalement économique. 

A chacun d'évaluer ses vrais besoins en matière de mobilité, selon son mode de vie, sa situation familiale, et ses revenus. Pour ma part, il convenait d'être honnête: un certain nombre de mes déplacements en voiture étaient effectués pour les mauvaises raisons, par paresse, sans prendre la peine de réfléchir à une autre solution, et surtout parce que j'avais le véhicule sous la main. Ma voiture me coûtait environ CHF 4'500.- par an, en comptant la place de garage, l'assurance, les plaques, l'essence, les tickets de parking, une amende d'ordre par ci par là, l'entretien et les petites réparations. Ce qui ne m'empêchait pas d'avoir en parallèle un demi-tarif CFF pour mes déplacements hors du canton, un abonnement TPG, et de prendre parfois des taxis pour rentrer tard le soir. Les conditions étaient donc idéales pour sauter le pas et me passer de ce véhicule qui pesait lourd sur mes modestes revenus. 

En attendant au comptoir de mon garagiste le maigre billet violet qu'on m'avait proposé en échange de cette petite Hyundai qui avait en quelques années déjà perdu toute valeur marchande et qui nécessitait à ce stade des travaux d'entretien importants, j'ai fait part de mes réflexions aux employés présents. "Vous n'allez pas en racheter une autre?", me demandaient-ils, un peu surpris et vaguement admiratifs. Ma réponse ferme et négative associée à mon air béat a ouvert les feux d'un flot de questions pressantes sur ma "nouvelle vie". "Si vous pouviez convaincre ma femme, on a rien à faire de deux voitures!", me souffle le vendeur. "Si je n'habitais pas en pleine campagne en France voisine, je ferais comme vous, les trajets me fatiguent et c'est dangereux", renchérit la secrétaire. Sans vouloir faire de prosélytisme, juste en témoignant simplement, je réalise que ma décision personnelle fait réfléchir et met à jour chez les autres des questionnements et frustrations liés à la voiture. Intéressant. 

Cet échange surprenant étant donné le contexte et les interlocuteurs m'a donné envie d'écrire ce billet, et de partager également avec mes lectrices et lecteurs ma joie, mon soulagement, et paradoxalement, mon nouveau sentiment de liberté. Je suis enfin sortie de tôle! 

04/09/2013

Le téléphone pleure...

52e6f80c.jpgTout ce que je voulais, c'était rêvasser, la tête appuyée contre la vitre rayée, regarder filer les lumières de la ville, penser à l'homme que j'aime qui venait de me quitter, tenant ma main, puis le bout de mes doigts jusqu'à la dernière seconde avant de descendre du bus. Tout ce que je voulais, c'était garder ce sourire déjà un peu nostalgique, fermer les yeux, me laisser bercer. 

Puis elle est montée, elle avait des larmes dans la voix tout en parlant fort, trop fort, un rectangle noir porteur de mauvaises nouvelles collé à l'oreille. Elle voulait juste savoir… Savoir pourquoi il la quittait, pourquoi il ne lui avait pas dit plus tôt qu'il ne l'aimait pas, ce qu'elle aurait pu faire différemment. Sans même me voir ou se rendre compte de ma présence, elle m'a aspirée dans son univers, dans son intimité tourmentée. Je n'existe pas, mais je sais tout, je ressens tout. Son amour brisé, son chagrin. Elle me les envoie à la figure sans retenue. Elle est seule au monde, avec celui qui la quitte. 

Peut-être demain changera-t-elle son statut Facebook, passant publiquement de "en couple" à célibataire. Ses amies commenteront, s'apitoieront, la consoleront, aux yeux de tous. Elle leur racontera qu'il l'a jetée par téléphone, alors qu'elle était dans le bus. Sur le fait qu'elle avait pleuré alors qu'on pouvait l'entendre, qu'elle avait partagé son histoire avec moi, pas un mot, sûrement. 

Quand on a ce rectangle noir à l'oreille, les autres n'existent pas, ne comptent pas. Qu'ils soient embarrassés ou touchés par cette vie intime étalée n'a apparemment aucune importance. Pourtant, me voilà envahie d'émotions, extraite de ma rêverie nocturne. Je ne sens plus la chaleur de la main de mon homme qui s'attardait dans ma paume, son "Je t'aime", murmuré de l'autre côté de la vitre pendant que le bus démarrait, semble déjà si loin. Cette inconnue m'a happée, contre mon gré. Elle descend du bus, toujours en pleurant dans son téléphone. Et maintenant, j'ai froid.

26/08/2013

Sonnez les matines!

Cloche_Saint-Antoine_Murat.JPGL’occupation par une religion de l’espace sonore public jour et nuit est-elle contraire au principe de laïcité? C'est une question que j'ai eu le temps de me poser plusieurs fois, en tentant vainement de dormir dans la ville de Bulle ou dans le village d'Albeuve dans le canton de Fribourg. 

Impossible d'avoir une nuit entière de sommeil quand ces satanées cloches se mettent en branle tous les quarts d'heure entre 22h et 7h du matin. Ce "message" religieux imposé à tous est pourtant bien une véritable nuisance sonore, et un non-respect de la liberté de non-culte, qui devrait être autant respectée que celle de culte. 

Dans notre canton, les sonneries de cloches sont interdites la nuit communes de Genève, Carouge, Chêne-Bourg et Chêne-Bougeries, Dieu soit béni l'article 8 du règlement concernant la tranquillité publique. Ailleurs, on ne voit pas où est le problème, même quand les annonces des quarts d'heures et heures pleines sont doublées à 1 minute d'écart (au cas où on n'aurait pas eu le temps de bien compter les coups) ou complétées par un appel à toute volée de plusieurs minutes à 6h du matin (il y a une messe à cette heure-là, vraiment?). 

Pourtant, un peu partout en Suisse, des plaintes de riverains sont régulièrement déposées contre les sonnailles intempestives. En 2010, un habitant de Gossau (ZH) qui exigeait l’arrêt des sonneries nocturnes (il en avait compté 220 chaque nuit) a été débouté par le Tribunal Fédéral et a dû prendre à sa charge les 4'000 francs de frais de justice. «Les juges ont estimé que les décibels n’étaient pas assez forts pour changer une culture helvétique», nous informait à l'époque la presse locale. Le tribunal fédéral a estimé que "la tradition et l’intérêt général l’emportent sur l’intérêt des particuliers, et il refuse donc d’interdire les cloches durant la nuit, arguant qu’un tel arrêt vaudrait pour tout le pays".

En juin de cette année, à Douanne dans le canton de Berne, les plaintes déposées ont été balayées par une votation à main levée qui s'est tenue dans l'église incriminée, remplie pour l'occasion de paroissiens motivés à maintenir la tradition. "Je suis content d'entendre les cloches la nuit", témoignait un habitant satisfait. "Un son de cloche n'est pas un bruit", argumentait un autre. 

A Winterthur, de nombreuses plaintes ont pu enfin aboutir à un compromis intéressant: les clochers des églises catholiques du Sacré-Cœur et de Saint Joseph seront isolés dans des caissons de verre et de bois afin de réduire le bruit des sonneries. 

Il reste que les plaignants sont souvent considérés comme des "emmerdeurs" et mis au ban du village, ce qui ne facilite pas ensuite leur vie quotidienne, même avec des nuits enfin calmes. Difficile de lutter contre une tradition séculaire, malgré la forte baisse du nombre des membres des églises chrétiennes ces dernières années (selon un sondage de l'Office fédéral des affaires étrangères). 

Alors, c'est décidé, dorénavant je ne dormirai plus hors du canton sans demander au préalable à l'aubergiste qui me reçoit: "les cloches de l'église sonnent la nuit, chez vous?". Question qui risque d'avoir souvent une réponse positive, puisqu'une grande majorité des 5000 églises du pays se rappellent à notre bon souvenir 24 heures sur 24… La laïcité des nuits suisses n'est pas pour demain. 

12/08/2013

Je sais

Jean-Leon_Gerome_Pollice_Verso.jpgMieux que quiconque, je sais. Mais je ne suis pas la seule. Tout le monde semble savoir aussi ce qu'a dit une vendeuse zürichoise à une star américaine. On sait qui a tort, qui a raison, qui est coupable, et qui est innocent. On rend son verdict, et on le fait savoir, arguments fallacieux à l'appui, glânés ici ou là dans les journaux, sur Twitter, ou sur Facebook. 

La vérité nous échappe, mais peu importe, on mélange le tout et on la reconstitue, on la sculpte, on la façonne. Le buzz enfle, des clans se forment. Les langues se délient, et comme la bouche reste ouverte à remâcher sans cesse ce qu'on pense savoir, on bave. Une bave acide, inutile, mais corrosive. Les fausses certitudes, les hurlements indignés, les jugements péremptoires, les insultes à peine masquées, s'échangent avec délectation et gourmandise. Tour à tour juge et avocat de la défense, on jubile, on se gargarise de sa propre salive, et on existe. 

La vendeuse zürichoise ne dort plus la nuit, apprend-on. Elle tente de se justifier dans les mêmes journaux qui ont d'abord donné la parole à celle qui a le plus de poids. Elle se défend, mais ses mots se perdent parmi les excuses plates de l'Office national suisse du tourisme. Il ne connaît pas non plus la vérité, l'Office, mais dans le doute et par précaution, il a hâtivement baissé la culotte. Une fois la lune alignée sur le doigt qui la montre, la messe est dite. 

Dans l'autre camp, on trouve là une bonne occasion de fustiger les riches et les puissants, leur superficialité, leur vacuité. Les certitudes n'y sont pas moins fortes. Capricieuse, égocentrique, vexée de ne pas avoir été reconnue, on est tous dans la tête d'Oprah, comme si on la connaissait depuis toujours. Mais attention, c'est une femme noire, il faut donc peser ses mots, pour ne pas être taxés de racisme et de misogynie. 

Nous sommes les spectateurs de l'arène, et comme nous sommes bien nourris, comme nous avons le pain à profusion, ce genre de buzz, qu'il soit international ou local, ce sont les jeux. Nous levons ou baissons le pouce pour décider de la mise à mort virtuelle de l'une ou l'autre. La vérité, elle, tout le monde s'en fout, elle a rendu l'âme depuis longtemps. 

07/08/2013

Vacances de rêve

vacances.jpgRemplir la valise est une souffrance. Comment prévoir ce qu'on va faire, la météo, les envies soudaines de porter cette robe ou cette paire de chaussures en particulier? Faire ses bagages est une épreuve jalonnée de renoncements et de concessions, avec en ligne de mire un futur proche incertain et non maîtrisable. 

La valise est enfin bouclée (en pestant et en s'asseyant dessus pour tenter de la fermer après avoir dû en extraire une paire de bottes qui aurait pu éventuellement être utile mêmes dans les îles), les plantes arrosées (noyées même), les stores baissés, le chat casé chez la voisine, le frigo vidé et éteint (oui, on a pensé à laisser la porte entrouverte), l'alarme enclenchée. Mais on tout de même un petit pincement au coeur en tournant la clef: et si on nous cambriolait, et si nos orchidées tournaient de l'oeil? On vérifie dix fois fébrilement qu'on a bien les passeports, les billets d'avion, le mail de réservation de l'hôtel. 

Arrive le moment où il faut devenir esclave de sa montre. Le bus, le train, l'avion ne nous attendront pas. Et comme on a peur de tous les rater, on se pointe des heures à l'avance. Toujours trop tôt, pour être sûrs de ne pas stresser. Alors on boit des cafés, on vérifie l'heure, on reboit des cafés, et l'attente finit par nous stresser autant que la course évitée avec soin. 

On ne sait pas ce qu'on va trouver au bout du voyage. L'hôtel, la piscine, la plage, la demi-pension, les excursions, seront-ils à la hauteur de nos attentes et de notre investissement? Rien n'est moins sûr. Si on part à plusieurs, on a tous les mêmes angoisses, alors forcément, pour relâcher la pression, on s'engueule. Celui qui a choisi la destination et fait les réservations se ronge les ongles. On le comprend. 

On nous a vendu du rêve sur catalogue, alors on veut du rêve, et on est bien décidés à ne rien lâcher. La moindre craquelure au plafond ou robinet qui fuit dans la chambre ou la location ne seront pas tolérés. Il faut que tout soit parfait. Après tout, on les a attendues toute l'année ces vacances, on les a méritées, merde. 

Et puis, une fois sur place après un voyage forcément infernal (un bébé inconsolable, un vieux qui crache ses poumons, un lourdingue qui enchaîne les cognacs et drague les hôtesses), on rationalise. On a pas le choix. La fente dans le mur, on ne la mentionne pas, l'absence de minibar, on le passe sous silence, le matelas défoncé, on l'ignore. On est en vacances, allez, on profite!

On court le matin pour choper la bonne table pour prendre le petit déjeuner avec vue sur la mer, on court ensuite sur la plage pour choper les chaises longues les plus proches de l'eau. On se badigeonne de coco, on cuit et on recuit, une face, puis l'autre. On écarte un peu les jambes et les orteils pour bronzer partout, pour pouvoir pavaner devant les collègues de bureau, au retour, et prouver, épiderme agressé à l'appui, qu'on a passé de bonnes vacances. Que ça en valait forcément la peine. 

La situation politique et sociale instables du pays? On a rien vu, on était dans un endroit protégé et sécurisé. Même dans les yeux du personnel local, on a rien vu, ils ont été bien briefés. La moindre lueur suspecte gâcheraient nos vacances. Les beautés naturelles et architecturales? Bien sûr, on s'est intéressés, on a fait plein d'excursions, d'ailleurs les preuves… pardon, les photos sont déjà sur Instagram. C'était génial, géant, il a fait beau, on a bien mangé, l'hôtel était magnifique, on a croisé des "locaux" charmants et avenants, on a rencontré des allemands sympathiques, et on a acheté plein de babioles. 

C'était la Turquie, la Tunisie, l'Egypte… qu'importe. Les hôtels, les plages et les cocktails y sont partout les mêmes. Et puis c'était pas cher, une aubaine, une affaire. On rentre un peu tristes, des souvenirs ensoleillés et standardisés pleins la tête. 

On tourne la clef avec appréhension. La maison sent le renfermé mais ouf, on a pas été cambriolés. Le frigo s'est refermé tout seul, cultivant du moisi en notre absence. Il va falloir le laver. On se rue au supermarché avant que ça ferme, on aère, on arrose les plantes, on va récupérer le chat, on vide la valise et on met une lessive (on a pas porté la moitié de ce qu'on avait emmené, mais on lavera tout quand même, vu que le sable s'est infiltré dans les moindres recoins), on poste encore quelques photos sur Facebook pour faire envie, puis on se couche enfin sur un bon matelas, notre matelas, épuisés. Demain, boulot à 8h. Et oui, il faut bien gagner au plus vite de quoi se payer nos prochaines vacances "de rêve".