UA-73135419-1

01/09/2013

Comment draguer une femme dans un bar en 2013?

ville-haute-ville-basse-1949-06-g.jpgBonjour, comment allez-vous? Puis-je m'asseoir? Je vous ai vue, assise seule, et j'ai pensé que c'était normal. Une femme devrait être capable de s'auto-suffire. En fait, beaucoup de femmes choisissent de rester seules, ce qui, avec les progrès vers un salaire équivalent et un allongement du congé maternité, est une tendance réjouissante et irréfutable. 

J'ai remarqué que vous étiez sur le point de terminer votre verre, et je me demandais si je pouvais éventuellement vous regarder en recommander un. Et, au risque d'être un peu trop direct, si vous pouviez même m'en offrir un… 

Vous faites quoi dans la vie? Avant que vous ne répondiez, je vous préviens que je n'attends pas nécessairement une réponse ayant trait à votre travail. Je ne pense pas que nous devions nous laisser définir par nos objectifs professionnels, particulièrement lorsqu'ils sont archaïques et hétéronormatifs.

Je maudis ma mère, qui est néanmoins une personne adorable et très humaine, pour ne pas m'avoir acheté un mini-four jouet quand j'étais petit. J'ai grandi en idolâtrant des voyous testotéronés comme Neil Armstrong et Jimmy Carter. Je travaille dans le sport, mais je passe plus de temps à me connecter à mon moi spirituel et à lutter contre l'adversité qu'à m'épuiser pour une entreprise sans visage. Et si je devais trouver une compagne, que ce soit vous ou une autre ici ce soir, je serais plus qu'heureux de renoncer à mon emploi afin d'élever notre progéniture dans une atmosphère non sexiste, pendant que ma partenaire de genre féminin continue de poursuivre ses rêves, qu'ils soient professionnels, personnels, ou même sexuels avec un autre homme. 

Oh, mais que je suis mal élevé! Je déblatère sans discontinuer comme un gamin ou une gamine bavard-e. Je ne me suis même pas présenté dans les règles. Toutefois, on a parfois la désagréable impression que le patriarcat édicte des règles rigides de sorte que ce sont toujours les hommes qui prennent l'initiative. Mon nom est Terri, avec un un coeur sur le i au lieu d'un point. Oui, cela veut signifier que j'ai un coeur, et que je n'ai pas peur de le dévoiler. 

Qu'en pensez-vous? Allez-vous saisir l'opportunité de m'offrir un verre?

Si vous vouliez bien répondre, ce serait merveilleux. Bien sûr, si vous préférez continuer de rester assise ici en silence, à me toiser avec ce regard intense qui transgresse les rôles établis pour chaque sexe (et qui me fait aussi un peu peur), cela me convient aussi.

Pardon? Que j'aille me baiser tout seul? J'approuve! Les hommes devraient être plus autonomes en matière de reproduction. Je vous remercie pour cette affirmation pertinente. Pourquoi les femmes devraient-elles assumer de manière exclusive la charge de donner la vie, alors que les hommes sont condamnés biologiquement à la peur de l'engagement? C'est illogique et socialement dégradant. 

Ah, cette bière est rafraichissante! Merci de me l'avoir envoyée au visage, par cette chaleur estivale. 

D'accord, d'accord, je m'en vais. 

Merci de m'avoir rejeté aussi brusquement. Cela demande beaucoup de courage, et vous en avez en tout cas autant que n'importe quel autre être humain. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, je vais aux toilettes pour aller pleurer dans une cabine, remettre en cause ma virilité, et envoyer un sms à ma maman. Je vous remercie de m'avoir accordé un peu de votre temps, qui a été égal au mien.

Traduction libre par mes soins de "A post gender normative man tries to pick up a woman at a bar" de Jesse Eisenberg. 

31/08/2013

La Suisse expliquée aux étrangers, l'essentiel en quatre leçons

Leçon no 1: Le pays aux quatre langues

images.jpegVous le savez sûrement, en Suisse, on parle 4 langues officielles sur un territoire de 7 millions d’habitants: le français, l’allemand, l’italien et le romanche (qui survit péniblement dans 2 ou 3 vallées du canton des Grisons, et dont tout le monde se fout).

 Qu’est ce que cela implique au quotidien quand comme moi on habite Genève ? Rien, me direz-vous… Et pourtant tous les jours, plusieurs fois par jour, chaque suisse côtoie les autres langues nationales, au petit déjeuner, en faisant ses courses, en cuisinant, dans sa salle de bain. Car tout est écrit en trois langues (oui je vous l’ai dit, le romanche tout le monde s’en fout) sur les emballages des produits de grande consommation. Vous imaginez bien que les grands distributeurs ne vont pas fabriquer des emballages différents selon les régions pour un aussi petit pays.

J’apprends par exemple en fixant ma boîte de céréales d’un oeil vaseux au petit matin que le mot "protéine" se dit "Eiweiss" en allemand… Chouette, il faut que je m’en souvienne. Pour quoi faire? Eh bien… Si je suis invitée dans un dîner mondain zurichois, que je suis face à un beau médecin de langue allemande, et qu’on parle alimentation équilibrée… Cela pourrait changer ma vie, allez savoir (ébloui par mes connaissances en mots techniques dans sa langue, il se jette à mes pieds et me demande en mariage).

 Bon ok, je sens que ce nouveau mot ne va pas me servir à grand-chose. Mais insidieusement, pendant des années, ces petits mots allemands ou italiens présents partout sur les produits que j’achète à la Migros ou à la Coop se font une place dans mon petit cerveau, et me rendent ces langues (vaguement) familières. Quel enfant suisse n’a jamais joué à "tu me passes le lait/milch/latte s’il te plaît?".

 Ce qui ne m’a pas empêché d’imaginer 1000 façons d’assassiner Mme Bartz, ma prof d’allemand immanquablement habillée comme une serveuse de la fête de la bière de Munich.

Leçon no 2: La barrière de rösti

Swiss-Cuisine-Rosti-Recipe.jpgOn est le seul pays au monde à avoir une frontière linguistique faite de patates râpées et passées à la poêle. Cette charmante expression symbolise l’énorme fossé culturel qui existe entre les suisses romands et les suisses allemands. Et si c’est une spécialité culinaire qui a été choisie pour représenter ce mur, ça n’est pas pour rien.

 Quand le romand salive devant un bon steak grillé accompagné de frites, le suisse allemand l’émince, le noie sous une sauce brunasse souvent un peu sucrée, et l’accompagne de rösti. Quand il est en forme, le suisse allemand rajoute encore un peu de compote de pomme, de la crème fouettée, ou de la confiture. En Suisse romande, on préfère prendre le dessert après le plat principal, pas sur le plat principal. Ceci dit, c’est peut être pour ça que les Suisses allemands sont plus productifs au travail, ils expédient ainsi le repas de midi plus vite que les romands.



Si ces différences n’étaient que culinaires, on en rirait tous ensemble, suisses totos et welches, autour d’un bon verre de schnaps. Le problème, c’est qu’en Suisse, on ne fait pas que manger, on vote aussi (voir leçon 3). Et là, les résultats des votations sont souvent parfaitement délimités par la frontière linguistique sautée au beurre. A part quelques grandes villes progressistes comme Bâle ou Zürich, à toutes les initiatives auxquelles les romands disent oui (et pour lesquelles le oui semble évident), les alémaniques disent NEIN. Ce qui leur vaut le joli surnom de "Neinsager". 



Mais ne vous y méprenez pas, à part le fait qu’ils portent des chaussettes blanches avec leur costard la semaine, et des chaussettes tout court avec leurs sandales Birkenstock le week-end, les Suisses allemands ont aussi quelques qualités que je dois leur reconnaître: ce sont les champions du bio et des économies d’énergie, ils sont organisés, productifs, disciplinés. Dans les villes, la vie culturelle est souvent riche, ils sont créatifs et audacieux en matière d’architecture ou d’art. Et ils parlent presque tous le français, contrairement aux romands, dont une grande majorité fait une allergie sévère à la langue de Christoph Blocher (ainsi qu’à Christoph Blocher lui-même).

Leçon no 3: La démocratie directe

RTEmagicC_voter-05_01.jpg.jpgNous avons la chance en Suisse de pouvoir voter tout au long de l'année sur tout et n'importe quoi, au niveau fédéral, cantonal et communal. Il suffit qu'une initiative populaire recueille suffisamment de signatures pour que ce soit le "peuple souverain" qui décide, même s'il n'y comprend parfois rien au premier abord. Dès lors, deux choix s'offre à lui: faire ses devoirs et passer des heures à lire et soupeser les arguments des uns et des autres, ou faire confiance à un parti politique en suivant ses consignes de vote. Quel bonheur me direz-vous, vous avez la possibilité de rallonger la durée des vacances et de faire baisser les impôts! Eh bien, ne vous réjouissez pas trop vite: quand on demande son avis au peuple helvétique, il préfère travailler plus et payer plus. Car le Suisse, sur ce genre d'objets, est "raisonnable". Enfin, surtout les Suisses allemands (voir leçon 2).

Le revers de la médaille? La démocratie directe favorise presque toujours le repli national ou l'expression de la peur de l'autre, que ce soit en durcissant la loi sur l'asile ou en interdisant les minarets. On reçoit de jolies enveloppes environ quatre fois par an, on se triture les méninges, on met des petites croix là où ça nous semble juste, puis quand les résultats tombent, on est souvent frustrés, scandalisés, honteux pour la Suisse tout entière. Enfin, surtout les Suisses romands de gauche et ceux qui n'ont pas pris la peine de voter (et ce sont parfois les mêmes).    

Leçon no 4: Le cervelas 

2456042529_small_1.jpgVenons-en maintenant enfin à l'essentiel. Tout suisse qui se respecte a déjà grillé des cervelas au bout d'un bâton sur un feu en pleine nature, en ayant pris le soin de couper les bouts en croix pour les voir avec émerveillement se recroqueviller sous la chaleur. Le cervelas est une saucisse à la chair finement mixée pour qu'on ne sache pas ce qu'il y a dedans (la recette exacte est d'ailleurs un secret d'état, mais ça ne doit pas être loin de ce qu'on trouve dans la pâtée pour chats). Malgré sa composition douteuse, le cervelas est un plat national très apprécié et ma foi pas si mauvais au goût. 

Jusque là, vous me direz, tout va bien, vous les Suisses, mangez vos saucisses pas nettes et basta. Mais non, ça n'est pas si simple. Car le cervelas n'est pas à 100% suisse. La peau qui l'entoure est du boyau de bœuf brésilien, qui donne à notre saucisse préférée un goût particulier et une légère courbure de bon aloi. Sans ce délicat arrondi, le cervelas ne serait plus le cervelas.



Lorsque la maladie de la vache folle a fait un retour en force au Brésil il y a quelques années, la fameuse peau a été interdite d'importation et le cervelas tel qu'on le connaît a bien failli disparaître. C'est un peu de notre culture qui a été menacée. Drame national, l'économie poussait de grands cris (plus de 160 millions de cervelas vendus chaque année quand même), les politiques montaient sur leurs grands chevaux et la population était au bord de la révolution. Depuis, des boyaux alternatifs ont été trouvés, et le cervelas, apprécié tant par les romands que les alémaniques, fait toujours figure de ciment national.

30/11/2011

Gratuit pour les filles

 

187985-chaussures-louboutin-644x380-2.jpegJe ne suis pas un modèle de féminisme et je ne peux certes pas prétendre que mon attrait pour les "Louboutin" vertigineuses participe à la construction de nouveaux rapports sociaux entre les sexes.

Je tombe avec bonheur et certainement un peu de perversion dans tous les clichés: cheveux longs et éclaircis (une bonne demi-heure de lavage/séchage/lissage tous les matins), ongles manucurés (une heure et demi de papotage à l'institut chaque mois), talons hauts même dans un concert de rock (impossible de sauter en l'air en hurlant Lennyyyyyy), jamais de pantalons (budget collants faramineux).

Suis-je pour autant une victime des codes et diktats que notre société impose pour qualifier la Féminité? Ou sont-ce les hommes les vraies victimes de ces fameux codes? Il faut dire que ces caractéristiques leur font perdre la tête et faire absolument n'importe quoi. Enfin, pas n'importe quoi, plutôt exactement ce qu'on veut. Il faut le vivre au quotidien pour saisir le pouvoir de la fausse blonde à talons.

Pare-choc de la voiture qui précède légèrement embouti parce qu'on vérifiait son maquillage dans le miroir du pare-soleil? "Un constat? Oh non c'est rien, ça ne se voit même pas, ne vous en faites pas".

Ticket de parking égaré après 8h de stationnement en sous-sol à Plainpalais? "Allez, normalement c'est 30.- mais filez dans votre voiture, je vous ouvre la barrière".

Pas un centime en poche et carte EC non fonctionnelle une minute avant la fermeture à la station essence alors qu'on est gravement en manque de cigarettes Vogue menthe? "Je vous les offre, c'est ma BA du jour".

Mais c'est rarement de la vraie drague, je vous assure. Le ton est plutôt paternaliste, presque protecteur. Une fausse blonde à talons et en détresse laisse rarement indifférent. C'est une petite chose fragile un peu perdue dans ce monde de brutes. Il est donc normal qu'elle ait quelques ratés logistiques.

Evidemment, il faut toujours accompagner le souci en cours d'un sourire contrit, d'oeillades enfantines, et adopter un ton de voix un peu plus aigu qu'à l'habitude. La "high heels blond attitude" étant tout aussi importante que la blondeur perchée elle-même. Une fois le problème balayé par l'Homme d'un revers de main, ne jamais oublier le "Vous êtes tellement gentil, c'est incroyable", comme s'il était le seul à vous avoir jamais sauvée. Alors que ça vous arrive en permanence.

Eviter toutefois d'ajouter "Je ne sais pas comment vous remercier", car l'Homme, lui, sait. Et le but est de pouvoir filer au plus vite sans constat/sans payer le parking/avec ses cigarettes. Pour rejoindre si possible celui qui voit au-delà de vos artifices et vous considère comme une égale, bien maligne de savoir si bien user de ses charmes pour surmonter les petits obstacles du quotidien.

 

04:05 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |