UA-73135419-1

03/11/2012

"La vérité sur l'affaire Harry Quebert": distraire n'est pas foudroyer

2310l-mouette-rieuse-chroicocephalus-ridibundus.jpegCe billet n'a pas pour objectif d'assassiner le jeune et charmant Joël Dicker. Son livre événement, "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" est un coup de génie, inutile de le nier. C'est le bon livre au bon moment, écrit par la bonne personne, entouré d'un marketing efficace, et qui surtout, se vend extrêmement bien. S'il n'était pas autant encensé et récompensé, il ne m'aurait pas fait ciller une seule seconde. Il est même probable que je ne l'aurais pas lu. Bien que je me méfie par principe des avis unanimes (plaire au plus grand nombre reste toujours suspect) et des prix littéraires bobos dont se gargarise le Tout Paris, j'ai été tentée, comme beaucoup, de lire de plus près de quoi il retournait. 

La principale qualité des prix littéraires est d'assurer une visibilité et des ventes record à celui qui en est gratifié, mais ils ont aussi le défaut de créer des attentes. Et quand le contenu n'est pas à la hauteur de ces attentes, la déception mène à la frustration, puis à la colère, avec la désagréable impression de s'être fait berner. Car contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là (à vrai dire partout), je n'ai personnellement pas été happée au point de dévorer ce roman en une nuit. Ce pavé est appétissant au premier regard et au fumet, certes, mais je l'ai rapidement trouvé long et indigeste, tout comme David Caviglioli, critique littéraire au Nouvel Observateur, qui avoue ne pas avoir "réussi à poursuivre la lecture bien longtemps". Mais peut-être avons-nous, lui et moi, l'estomac trop fragile, ou trop exigeant. 

Commençons par la forme. Certainement, Dicker aspire à être un grand écrivain et il s'y emploie avec application, mais loin de me foudroyer, il n'a fait, au mieux, que me divertir. Attention, je ne nie pas, comme il le dit lui-même dans son livre, que "divertir, c'est bien aussi". Mais un livre qui vous marque, qui vous change, qui vous fait grandir, qu'on referme comme on quitte un ami cher, c'est encore mieux. Et cela n'a pas été le cas, pour moi, avec "La vérité sur l'affaire Harry Quebert". 

Je qualifierais ce roman "de gare" ou "de plage", de ceux dont on peut suivre le fil malgré le brouhaha ambiant, que ce soient des conversations de wagon, ou des cris d'enfants jouant dans le sable. Il en faut, ils sont importants ces livres-là. Ils nous permettent de nous évader partout, en toutes circonstances. Certains livres sont faits pour le silence, et d'autres pour le bruit. Le livre de Dicker est un livre pour le bruit. Un ouvrage léger qui fait passer agréablement le temps, même dans un environnement peu propice à la lecture. Dans le silence par contre, la pauvreté de la langue saute malheureusement vite aux yeux (les arracherait, même). Il est des chefs d'oeuvre dont la force et la justesse des mots portent l'histoire. Chez Dicker, c'est au contraire l'histoire, bien fabriquée, qui tente de nous faire oublier la faiblesse des mots. 

Et pourtant, à ce niveau-là, les critiques restent étonnamment timorées. De Jean-Louis Kuffer, critique et écrivain ("ce n’est certes pas un styliste mais un excellent narrateur") à Bernard Pivot ("s’il devait gagner, on ne mettra pas dans nos attendus que l’auteur a révolutionné la langue française"), les piques sur sa piètre maîtrise de la langue se font discrètes, et Dicker bénéficie d'une indulgence hors normes. Même bienveillance quasi paternaliste de la part l'écrivain suisse Alain Bagnoud, qui n'ose tacler le jeune prodige qu'à demi-mots: "On aura compris peut-être que moi, je préfère les romans plus personnels et avec une écriture moins convenue, plus individualisée, plus sapide, mais ça n'enlève rien au fait que Dicker soit un remarquable raconteur d'histoire et un constructeur émérite".

Maintenant, le fond. La plus grande erreur, à mon sens, que Dicker pouvait commettre a été de vouloir à tout prix nous révéler des extraits du supposé chef d'oeuvre "Les origines du mal". Ne maniant pas lui-même la langue française avec génie, comment pouvait-il rendre ces passages crédibles? Tout juste dignes d'un roman Harlequin, ils déçoivent fortement. Laisser ces échanges épistolaires hors de portée du lecteur lui aurait permis de les imaginer sublimes, uniques. Au lieu de cela, Dicker nous jette en pâture des lettres naïves, ennuyeuses, répétitives. Quel dommage! Rien de plus dangereux que de décrire cette oeuvre, véritable colonne vertébrale du roman, avec une emphase itérative et quasi incantatoire, pour ensuite ne pas tenir ses promesses. Le jeune Dicker a encore à apprendre les vertus du non-dit, semble-t-il. Oser laisser l'essentiel à l'état d'allusion demande une confiance en soi qu'à l'évidence il n'a pas encore. 

D'un autre côté, il est des éléments que Dicker ne décrit pas assez: les paysages, les ambiances (et pourtant Dieu sait si la Nouvelle Angleterre se prête particulièrement bien à l'exercice), les caractéristiques physiques de ses personnages. Ma plus grande frustration: Elijah Stern, un personnage clé qui aurait pu se révéler fascinant et complexe, si Dicker avait bien voulu s'y attarder un peu. Un seul adjectif lui est accordé, celui d'"élégant". Vraiment insuffisant. 

"La vérité sur l'affaire Harry Quebert" tient au fond plus du scénario que du roman. Ce n'est peut-être pas pour rien que Jean d'Ormesson a déclaré que le livre donnerait "sûrement lieu à un merveilleux film". C'est une évidence, tant on le dirait construit précisément dans ce but. Toutefois, la force d'un scénario se mesure en grande partie à la qualité de ses dialogues, et le moins que l'on puisse dire, c'est que Dicker n'est pas non plus un grand dialoguiste. Les échanges entre Harry et Nola, notamment, sont d'une vacuité totale, et pollués par une profusion de "mon amour, mon chéri, je t'aime comme je n'ai jamais aimé" assez agaçants à la longue. Ces pauvres dialogues ne rendent pas justice au personnage de Nola, qui apparaît du coup assez creux et fade, malgré ses délicieux problèmes psychiatriques et ses actions audacieuses.

La relation amoureuse, sulfureuse en soi car interdite, est ainsi dépouillée de toute sensualité, même suggérée. Dicker n'a-t-il pas osé effleurer le sujet des probables rapprochements charnels entre ses deux personnages? Alors qu'il n'hésite pas à parler de façon directe de la fellation que Nola prodigue au chef Pratt, il reste là mystérieusement coi: des quelques jours que les deux amoureux auront passé dans un hôtel, on ne sait presque rien. Aucun contact physique, si ce n'est un baiser sur la joue de Nola à Harry, n'est avoué. La litote, cette fois mal placée, est frustrante. Il n'était pas question d'espérer un érotisme débordant, mais peut-être juste un peu plus de réalisme affiché et assumé. 

Venons-en à l'autre axe du roman, celui de l'enquête policière. La façon dont elle est menée trahit le jeune âge de l'auteur, issu d'une génération nourrie aux jeux vidéo. L'investigation de Marcus se déroule comme s'il jouait à "Myst": il semble passer systématiquement le curseur sur les personnages qu'il croise dans le "gameplay", et si celui-ci se met en surbrillance pour indiquer une interaction possible, il clique. Les personnages en question crachent alors facilement leur histoire et les indices nécessaires pour progresser dans le "jeu/roman". Terriblement prévisible, malgré les incontournables retournements de situation et révélations de dernière minute. 

Pourtant, les circonstances font que Joël Dicker est aujourd'hui un écrivain à succès, à défaut d'être (encore) un grand écrivain. Il est amusant de constater que la dialectique entre talent et succès est justement le sujet de fond de son roman. "Personne ne sait qu'il est écrivain, ce sont les autres qui le disent" nous dit Harry Quebert dans son conseil no 29. En faire la démonstration à travers son propre destin est un trait de génie de Dicker.

01/11/2012

Sicli l'élitiste

GENEVE-765x510.jpeg

Septembre 2015: Après expulsion de ses turbulents et peu rentables occupants, l'Usine de la place des Volontaires a été entièrement rénovée et sa gestion confiée à une société privée. Sa situation idéale proche du BFM et au bord du Rhône en fait le lieu parfait pour les apéros haut de gamme et soirées d'entreprises. Le reste du temps elle sera consacrée à des événements culturels, à condition qu'ils soient en lien avec l'art abstrait du début du 20e siècle ou la sculpture non figurative. Quant aux réservoirs de la Bâtie, ils sont en passe d'être transformés, grâce au soutien de la famille Rothschild, en caves à vin luxueuses, où se tiendront des dégustations et des afterworks sur invitation.

Science-fiction? Peut-être... Et pourtant, la récente affectation de l'Usine Sicli aux Acacias aux domaines peu festifs et peu rassembleurs de l'architecture et du design, et sa gestion confiée à une société privée, rendent ce scénario catastrophe presque plausible. 

"Voilà qui en jette, comme on dit. Voilà qui promet", se réjouissait pourtant le journaliste Fabrice Gottraux dans la Tribune de Genève en janvier dernier. Après avoir été investie avec succès comme lieu central par le festival Antigel, la première soirée publique de l'ancienne usine d'extincteurs, avec défilé de mode décalé, concert et DJ électro jusqu'au bout de la nuit, avait marqué les esprits. 

"Genève s’est elle découvert un nouveau lieu de culture? Un nouveau lieu de fête? Chez les acteurs culturels du coin, ça discute ferme, ça projette. Dans la tête des noctambules, ça bouillonne. Avec Sicli, on se prend à rêver", ajoutait encore Fabrice Gottraux. De son côté, Pierre-Alain Girard, secrétaire général adjoint au DCTI promettait que Sicli allait devenir "un pôle culturel convivial, attractif, pluridisciplinaire et accessible à tous, dans l’esprit des Etats généraux de la nuit". 

Quelques mois plus tard, il faut malheureusement déchanter. Enfin, sauf si on est plein aux as, si on évolue (avec relations, si possible) dans les milieux de l'architecture et du design, et si on reçoit la bénédiction d'Arfluvial, la société privée gestionnaire du lieu (ainsi que du Bâtiment des Forces Motrices). Envolés les rêves de fêtes électro, de concerts rock, de pièces de théâtre, de spectacles de danse et autres soirées festives. La culture alternative sans trop de moyens ne passera pas la porte du rez de chaussée. L'élitisme est de rigueur, encore une fois. Et Sicli se doit d'être rentable. 

Renseignements pris, la location du rez est facturée CHF 5'000.- la soirée. Accessible, vraiment? Un rabais peut être négocié à condition que l'entrée soit gratuite ou à bas prix pour le public. Pour offrir un événement gratuit ou très accessible à Genève, une subvention (ou de généreux mécènes, dont tout le monde parle dans les milieux politiques de droite, mais que personne n'a jamais vus rôder autour de la culture dite alternative), est indispensable. A moins d'être entièrement géré par des bénévoles, et organisé avec des bouts de ficelles. 

Les médias ont rapporté que cette situation aberrante aurait "fait un tollé dans les milieux culturels". Soit. Mais il faut malheureusement constater que depuis, ces mêmes milieux sont restés cois. Seul Eric Linder, organisateur d'Antigel, a officiellement exprimé sa déception: "Il y a de vrais besoins pour des sites polyvalents, c’est dommage de le dédier à une forme d’art en particulier. Envisager la culture par case ne correspond plus aujourd’hui à ses besoins. Cette salle offre les avantages d’une utilisation polyvalente. Mais il n’y a pas de vision dans ce sens", réagissait-il à chaud. 

Les voix qui s'élèvent régulièrement à Genève pour réclamer (à raison) de nouveaux lieux culturels, où sont-elles aujourd'hui? Les acteurs de la culture alternative et des nuits genevoises, qu'en disent-ils? Les a-t-on vu manifester suite à cette affectation restrictive et peu sensée? Le RAAC (Rassemblement des artistes et acteurs culturels) a-t-il publié un communiqué de presse à ce sujet? Pas à ma connaissance. Le silence est assourdissant, comme on dit. "Faites une pétition pour que la gestion de l'usine Sicli soit confiée à la Ville de Genève", m' a-t-on soufflé dans les couloirs de l'administration municipale. Car la Ville, dont les relations avec l'Etat sont toujours aussi tendues, semble elle aussi insatisfaite de la tournure des événements. L'appel est lancé...

22/10/2012

Le lapin et le valet de carreau

lapin.jpgLe spectacle était sans surprise. Puis, alors que ce n'était pas son tour, le lapin blanc a bondi du chapeau haut de forme, venant soudain perturber le tour de cartes. La reine de coeur et le roi de pique n'ont pas bronché, l'un et l'autre bien rangés aux deux extrêmes de la pioche. On a même cru entendre un ricanement de contentement, de loin. Tout ce qui pouvait faire vaciller le valet de de carreau, bien encadré et tiré à quatre épingles, était bon à prendre.

La carte maîtresse du grand magicien, destinée à sortir du tas sous les "ohhhh" et les "ahhhh" après un tour de passe passe savamment orchestré et abondamment sponsorisé, voyait sa place sous la poursuite menacée par le léporidé rebelle. Le regard systématiquement tourné vers un public qu'ils croyaient conquis d'avance, l'illusionniste et ses assistants ne se sont pas méfiés du doux et affectueux animal tapi dans l'ombre. Il attendait pourtant son heure.

En surgissant ainsi à sa guise, le lapin Bonny est devenu, en pleine représentation, le grain de sable dans les rouages de Fer, dont les rotations silencieuses sont pourtant facilitées par des huiles haut de gamme. Et le voilà maintenant qui arpente la scène, attirant l'attention sur lui alors que l'homme en noir brandit désespérement son valet magique. Puis il saute dans les travées, recueillant des caresses à gauche et à droite. Cours, petit lapin, cours. Le magicien pourrait bien être pris à son propre tour. 

20/10/2012

Du bout des lèvres

barbie.jpg

On apprend ces jours-ci dans la presse que la chirurgie esthétique du sexe féminin, déjà très pratiquée au USA et en France depuis plusieurs années, est en plein boom en Suisse Romande. On court peut-être avec du retard derrière les tendances les plus délirantes, mais on finit toujours malheureusement par les rattraper. 

L'idéal à atteindre pour les femmes ressemble donc à l'entrejambe d'une fillette de 10 ans. Avec l'épilation intégrale, la vaginoplastie et la nymphoplastie, elles n'ont plus d'excuse pour ne pas exhiber dans l'intimité un sexe lisse, un vagin serré, et des petites lèvres invisibles. L'entrejambe de Barbie sur lequel on aura dessiné un petit trait vertical, en somme. Est-ce à dire que ce sont les hommes qui tendent à imposer ce nouveau standard, et qu'ils sont tous des pédophiles réprimés? Certainement pas. Et eux-mêmes subissent d'ailleurs des pressions similaires quant à la taille de leur sexe et les performances qu'il est censé accomplir.  

En effet, beaucoup de jeunes gens (filles et garçons) ont découvert ce qu'ils croient être la sexualité via la pornographie moderne et en ont fait leur référence, par défaut. A l'aube de leurs premiers ébats, ils sont déjà saturés d'images faussées, et leurs attentes sur le plan esthétique, envers eux-mêmes ou leur partenaire, sont parfois déphasées par rapport à la réalité des corps. 

Du côté des hommes, la taille et l'apparente vitalité permanente des phallus des acteurs X ne sont faits pour les rassurer, et mettent la barre très haut quant à leurs futures prouesses au lit. Au point qu'ils en viennent à singer systématiquement les chorégraphies du porno, par exemple en pratiquant la levrette la main sur la hanche, sans réaliser que c'est principalement destiné, dans les films, à libérer le champ pour la caméra. 

En ce qui concerne les femmes, l'accès facilité à la pornographie grâce à Internet leur a jeté au visage des vulves parfaites, d'ailleurs souvent retouchées quand il s'agit de photos. Couleur uniformisée, petits boutons dus à l'épilation ou au rasage effacés, plis atténués etc. Ces images trompeuses deviennent insidieusement la norme, tout comme les seins pointant vers le plafond même quand la femme est couchée sur le dos, ou encore les comportements de soumission sexuelle, avec éjaculation faciale obligatoire en point d'orgue.  

Le boom de la nymphoplastie s'inscrit dans ce contexte de quête du corps parfait sous toutes les coutures et dans tous les recoins intimes, condition incontournable pour plaire et avoir accès à une sexualité satisfaisante. On ne peut être qu'atterré en se baladant sur les forums consacrés à cette pratique. La majorité des questions ou témoignages émanent de très jeunes filles (15 ans seulement, pour certaines). Elles y parlent de "lèvres malformées", se trouvent "répugnantes" et manifestent systématiquement de la honte, au point de refuser tout contact intime. "Après l'opération, je me suis ouverte sur le monde", dit l'une d'elle (traduction, elle a enfin osé ouvrir les cuisses). Edifiant.

Du côté des cabinets et cliniques de chirurgie esthétique, on n'hésite pas à parler d'"hypertrophie" des petites lèvres, confortant ainsi les jeunes femmes complexées dans leur croyance qu'il s'agit bien là d'une malformation. Alors que les cas de réelle hypertrophie sont finalement rares. Mais on voit mal ces chirurgiens avouer aux patientes qui les consultent que leur sexe est normal, et que plus de 50% des femmes ont les petites lèvres qui dépassent plus ou moins. 

Pourtant, la rébellion est en marche! Le site "Make love not porn" s'est lancé dans une mission d'éducation en confrontant ce qui se passe dans les films pornos à la réalité des relations sexuelles. Des danoises de tous âges exhibent leurs seins non refaits dans le cadre d'une campagne du Conseil des femmes (Kvinderadet), et le sculpteur Jamie McCartney expose 400 moulages de vulves de femmes, toutes différentes, où les petites lèvres saillantes sont nombreuses.

Montrer la réalité des relations sexuelles et des corps, sans tabou ni vulgarité, est peut-être le meilleur moyen de faire revenir sur terre ces jeunes gens complexés ou sous pression, leur faire accepter leur corps avec ses singularités, et leur permettre d'en jouir autrement que du bout des lèvres.

15/10/2012

Election du 4 novembre, le choc des photos

Les bobines des quatre candidats à l'élection complémentaire au Conseil administratif de la Ville de Genève commencent à circuler (au sens propre pour celles de Barazzone et Bertinat, les deux seules à s'afficher en grand sur les véhicules TPG). En tant que professionnelle de la communication depuis plus de 20 ans, je m'intéresse toujours beaucoup aux affiches de campagne, cherchant le sens du message visuel, et souvent, je l'avoue, la petite bête.

Et des petites bêtes, cette fois, j'en ai trouvé partout. Chacun bricolant avec ses moyens, les résultats sont divers et variés. Je vous livre dans ce billet une analyse toute personnelle, basée uniquement sur mon expérience dans le domaine, et non sur des considérations politiques. Ecrire un billet pour descendre un candidat ou en encenser un autre n'est pas le propos. Je ne me prononcerai donc ni sur les slogans, ni sur les programmes. Ceci étant mis au point, démarrons ce petit jeu de décodage visuel!

Eric Bertinat, candidat de l'UDC

bertinat.jpg

M. Bertinat a sans doute voulu donner une image dynamique, celle d'un homme marchant d'un pas décidé vers l'avenir, d'où la photo en mouvement. C'est une option parfois choisie dans les prises de vues collectives, particulièrement en France. On y voit une équipe soudée, avançant d'un même pas en direction de l'objectif. C'est un choix plus rare pour une affiche individuelle, donc on relèvera là une certaine audace. Mais elle n'est pas sans risque: plis disgracieux des vêtements, membre flou, posture du corps peu avantageuse. Eric Bertinat tombe dans ces trois pièges de la photo en marche. Mais ça n'est finalement pas très grave, cela nous le rend plus humain, moins figé. Donc finalement, un bon point. 

La position du bras gauche, par contre, pose question. Il est censé symboliser son axe "sécuritaire" et destiné à "protéger" la jeunesse contre les dealers, les roms, les incivilités, et toutes les autres horreurs rôdant en ville. Mais c'est raté: on a plutôt l'impression que le candidat barre la route à l'enfant, l'empêchant d'avancer, tout en se mettant lui-même en avant. "C'est moi la star de l'affiche, pas le gamin" semble-t-il nous dire. Un mauvais point. 

Le fond d'un vert uniforme est une réussite, l'affiche se voit de loin, elle est facilement reconnaissable et les deux personnages se détachent bien. L'expression du visage de Bertinat respire l'assurance et la confiance en soi, encore un bon point. On peut juste regretter que les yeux soient trop peu visibles, un peu plissés comme pour se protéger du soleil. La tenue est bien choisie, elle correspond bien au personnage, mais une cravate moins ton sur ton aurait donné une touche de couleur relevant l'ensemble. Bilan: une affiche bien réfléchie, malgré l'erreur de la position du bras. 

Salika Wenger, candidate du PdT

wenger.jpg

Cette affiche ne trahit pas les visuels auxquels nous a habitué le Parti du Travail. Ominprésence du rouge vif, textes noirs et blancs. La mention de la date du 4 novembre passe par contre totalement inaperçue, quelle drôle d'idée d'écrire en rouge sur fond rouge! La position des textes trahit l'absence de recours à un graphiste diplômé, les mots étant jetés autour de Salika sans réelle logique (à noter toutefois l'effort de la ligne ascendante). Le numéro de liste se fait la malle et n'est pas aligné sur le reste, mais dans l'ensemble, on peut dire qu'avec ces erreurs typographiques, il n'y a pas péril en la demeure, étant donné qu'elles se retrouvent sur presque tous les visuels du parti… 

Le portrait est bien choisi, fidèle à la personnalité de la candidate, et le choix du rouge à lèvres un peu rosé est une bonne idée, car il adoucit son expression. On sait que Salika porte souvent des rouge à lèvres rouge vif, et dans ce cas, le résultat aurait été beaucoup trop agressif. Bien vu. J'espère secrètement qu'elle portait pour cette photo des Louboutin (à semelles rouges, donc), juste pour le plaisir d'être raccord de la tête au pieds avec la couleur du parti (si ce n'est avec les valeurs ouvrières). 

Didier Bonny, candidat indépendant

bonny.jpg

On voit que Didier Bonny a choisi de poser dans la rue, ce qui est un bon choix, et symbolise ses engagements associatifs. Il veut ainsi montrer qu'il est sur le terrain plus souvent que dans un bureau, d'où également l'absence de cravate ou de costume. Il est resté lui-même pour cette photo, sans s'apprêter de façon particulière. La couleur du texte se détachant sur la photo est trop claire et peu lisible de loin. D'une manière générale, un turquoise plus soutenu aurait été plus adéquat. Mais je peux bien sûr comprends qu'il ait eu peur de s'approcher trop du bleu made in PLR. 

La position est détendue, et le sourire franc, on le sent proche des gens. La seule erreur flagrante est d'avoir des lunettes de vue qui se teintent à la lumière. L'effet "lunettes de soleil" met une barrière, une distance entre lui et le public, les yeux du candidat devant toujours être bien visibles, même avec des lunettes de vue (c'est le cas de Salika). Ce problème se retrouve sur toutes ses photos de terrain depuis le début de la campagne: un candidat à une élection ne devrait jamais porter des lunettes de soleil, ni dans la rue, ni sur une affiche! Je ne pourrais que lui conseiller de changer de lunettes le temps de la campagne, et de choisir des verres classiques. 

Guillaume Barazzone, candidat de l'Entente

barazzone1.jpg

Le plus grand défi, pour Barazzone, c'est de ne pas tomber dans la caricature du jeune homme de bonne famille, même si ce côté "gendre idéal" peut être un atout indéniable. Mais, bon, quoi qu'il fasse, il n'arrivera pas à se départir de son look très "16ème" (arrondissement, pas siècle). Sur cette affiche, on est au bord de l'Arve, à flâner avec lui. Le fond bucolique mais néanmoins urbain est un bon choix, l'affiche est gaie et il s'en dégage une certaine sérénité. Son expression est raccord, ouverte et confiante, avec un regard direct et franc. Il y croit, sans aucun doute, et il semble sincère. Mais presque trop. C'est comme s'il n'était pas encore revenu d'avoir été choisi comme poulain par le PLR, au détriment de bons candidats de ce parti, et avec plus de bouteille. Il est conscient de sa chance, et ça se voit. 

barazzone.jpg

La seule grosse erreur de Barazzone n'est pas sur son affiche officielle, mais sur celle concoctée par le PDC de Vernier. A l'opposé du lisse visuel se baladant sur les véhicules TPG, la section verniolane met les pieds dans le plat. Si "le PDC a du sens", cette affiche, elle, n'en a aucun! Le choix de la photo est on ne peut plus mauvais: le candidat est photographié par en-dessous, ce qui n'avantage personne, même beau gosse au départ. Les joues pendent, ont l'air remplies d'ouate. Et dans une campagne, il n'est jamais bon d'avoir un candidat qui nous regarde d'en haut (ou de haut, du coup). A se demander si le PDC Vernier a consulté le team de campagne (et le candidat) avant de faire son affiche de soutien.