UA-73135419-1

26/08/2013

Sonnez les matines!

Cloche_Saint-Antoine_Murat.JPGL’occupation par une religion de l’espace sonore public jour et nuit est-elle contraire au principe de laïcité? C'est une question que j'ai eu le temps de me poser plusieurs fois, en tentant vainement de dormir dans la ville de Bulle ou dans le village d'Albeuve dans le canton de Fribourg. 

Impossible d'avoir une nuit entière de sommeil quand ces satanées cloches se mettent en branle tous les quarts d'heure entre 22h et 7h du matin. Ce "message" religieux imposé à tous est pourtant bien une véritable nuisance sonore, et un non-respect de la liberté de non-culte, qui devrait être autant respectée que celle de culte. 

Dans notre canton, les sonneries de cloches sont interdites la nuit communes de Genève, Carouge, Chêne-Bourg et Chêne-Bougeries, Dieu soit béni l'article 8 du règlement concernant la tranquillité publique. Ailleurs, on ne voit pas où est le problème, même quand les annonces des quarts d'heures et heures pleines sont doublées à 1 minute d'écart (au cas où on n'aurait pas eu le temps de bien compter les coups) ou complétées par un appel à toute volée de plusieurs minutes à 6h du matin (il y a une messe à cette heure-là, vraiment?). 

Pourtant, un peu partout en Suisse, des plaintes de riverains sont régulièrement déposées contre les sonnailles intempestives. En 2010, un habitant de Gossau (ZH) qui exigeait l’arrêt des sonneries nocturnes (il en avait compté 220 chaque nuit) a été débouté par le Tribunal Fédéral et a dû prendre à sa charge les 4'000 francs de frais de justice. «Les juges ont estimé que les décibels n’étaient pas assez forts pour changer une culture helvétique», nous informait à l'époque la presse locale. Le tribunal fédéral a estimé que "la tradition et l’intérêt général l’emportent sur l’intérêt des particuliers, et il refuse donc d’interdire les cloches durant la nuit, arguant qu’un tel arrêt vaudrait pour tout le pays".

En juin de cette année, à Douanne dans le canton de Berne, les plaintes déposées ont été balayées par une votation à main levée qui s'est tenue dans l'église incriminée, remplie pour l'occasion de paroissiens motivés à maintenir la tradition. "Je suis content d'entendre les cloches la nuit", témoignait un habitant satisfait. "Un son de cloche n'est pas un bruit", argumentait un autre. 

A Winterthur, de nombreuses plaintes ont pu enfin aboutir à un compromis intéressant: les clochers des églises catholiques du Sacré-Cœur et de Saint Joseph seront isolés dans des caissons de verre et de bois afin de réduire le bruit des sonneries. 

Il reste que les plaignants sont souvent considérés comme des "emmerdeurs" et mis au ban du village, ce qui ne facilite pas ensuite leur vie quotidienne, même avec des nuits enfin calmes. Difficile de lutter contre une tradition séculaire, malgré la forte baisse du nombre des membres des églises chrétiennes ces dernières années (selon un sondage de l'Office fédéral des affaires étrangères). 

Alors, c'est décidé, dorénavant je ne dormirai plus hors du canton sans demander au préalable à l'aubergiste qui me reçoit: "les cloches de l'église sonnent la nuit, chez vous?". Question qui risque d'avoir souvent une réponse positive, puisqu'une grande majorité des 5000 églises du pays se rappellent à notre bon souvenir 24 heures sur 24… La laïcité des nuits suisses n'est pas pour demain. 

20/08/2013

Clichés de campagne, où sont les photographes?

Les partis politiques genevois dévoilent un à un leurs photos de campagne, et à chaque fois, sans exception, c'est la consternation. Noir et blanc avec visages fermés et regards lointains pour le PDC, peaux aussi orangées que la couleur du parti pour les Pirates, méchant dégradé brunasse pour le PLR, donnant aux candidats des teints de vampires ou de zombies, surexposition dérangeante pour le MCG, lissant les traits jusqu'à la fausse perfection, regard écarquillé et pose ultra rigide pour la candidate UDC au Conseil d'Etat… Mais où sont les bons photographes? Qui a validé ces options, puis laissé réaliser tous ces clichés tous aussi ratés les uns que les autres? Comment les partis et les candidats peuvent-ils les assumer et les diffuser? Mystère. 

Jusqu'à aujourd'hui, la gauche ne nous avait encore rien montré, il restait donc un peu d'espoir de découvrir de belles couleurs franches, des sourires, des regards directs. Mais les photos des candidats au CE du PS, découvertes ce jour dans les TPG, me laissent perplexes: ces demis visages de face découpés pour former des profils caricaturaux atteignent-ils leur but? C'est certes ludique, mais éculé, vu et revu sur tous les sites d'illusions d'optiques depuis près d'un an. Ils nous disent "Oser", alors j'ose: personnellement, j'y lis "je ne suis pas ce que je semble être", ou "je joue avec votre esprit". 

Pour une fois, on peut donc dire qu'on attend avec impatience les photos d'Ensemble à Gauche, qui n'a pourtant jamais brillé dans le passé au niveau graphique. 

PDC.jpg

pirates.jpg

1146504_622671664445007_255364838_n-1.png

1174389_10201039853972557_1366008524_n.jpg

1176290_10151562185498202_1402826564_n-1.jpg

PS.jpg

16/08/2013

J'ai rêvé des Fêtes de Genève

Guinguette_1900.jpg

J'ai rêvé d'une bonne louche de terroir genevois avec un assortiment de spécialités du cru, de buvettes des associations et des milieux culturels plutôt que celles des boîtes de nuit et autres bars à champagne, d'expositions d'art et d'artisanat local, de bière genevoise plutôt que de pisse hollandaise, de longeole plutôt que de kebab.

J'ai rêvé d'une dose de Fête de la musique avec des groupes d'ici plutôt que des groupes de reprises d'ailleurs, de bals où l'on danse jusqu'à l'aube plutôt que de reggaeton assourdissant. 

J'ai rêvé du retour d'un joyeux corso fleuri relifté (avec des véhicules sans moteur), de guinguettes populaires sous des loupiottes de couleur plutôt que de terrasses VIP froides et guindées qui bouchent l'accès au lac. 

J'ai rêvé d'une once de suissitude façon 1er août, de jazz au cor des Alpes, de fanfares et de majorettes, de folklore en costumes, d'accordéon par une société locale.  

J'ai rêvé d'un chouïa de Fête des écoles pour faire briller les yeux des enfants, avec des animations originales au lieu de manèges désuets et bruyants, d'ateliers créatifs, de jeux participatifs et collectifs, de spectacles. 

Mais j'ai surtout rêvé de joie, de sourires, d'émerveillement, de découverte. 

Je me suis réveillée en me disant que c'était là que se retrouveraient sans doute Genevois et touristes, dans ce rêve et dans tous ceux que font aussi bon nombre d'habitants de notre canton au sujet des Fêtes de Genève. Imaginons des Fêtes vivantes, palpitantes, que nous serions fiers de présenter comme uniques et typiques de la région, une vitrine de ce que Genève peut proposer de meilleur, un patchwork de ses talents artistiques, de ses savoir-faire, de ses particularités, de ses engagements sociaux, humanitaires et culturels. 

Mettons-y et montrons-y notre coeur. 

14/08/2013

"Pour la première fois, je suis heureuse"

405443_10150988734798652_1857969458_n.jpgUn témoignage reçu à propos d'une soirée à CinéTransat… Très touchant, et qui encourage toute notre équipe à continuer de faire ce qu'on fait! 

"Je viens de rentrer de la "nuit des courts métrages" et j'aimerais partager avec vous mon expérience. Vous le méritez, car vous avez rendu cela possible. Je m'occupe d'une famille de demandeurs d'asile érythréens, qui ont eu une semaine difficile, avec une audition à l'ODM qui ne s'est pas très bien passée. 

En insistant un peu, j'ai convaincu la mère et quelques-uns de ces 7 enfants à venir à la soirée des courts-métrages. Ils sont venus. Ils ont beaucoup rigolé pendant la projection. A la fin, un des enfants m'a dit "I think it was the best night to come, because we could see movies that we normally do not see".

Et c'est la première satisfaction.

Mais la deuxième est encore plus grande. La maman, qui pourtant parle peu le français et pas trop bien l'anglais (et du coup, qui peut-être n'a de loin pas tout compris aux films) m'a dit "I am happy. For the first time, I am happy. Really". Alors voilà. Je voulais partager cela avec vous. Car vous l'avez rendu possible, comme je vous le disais, et car il s'agit de choses qu'il est beau partager. 

En vous souhaitant un grand succès! Cristina."

Photo: Sebastien Puiatti
www.cinetransat.ch

12/08/2013

Je sais

Jean-Leon_Gerome_Pollice_Verso.jpgMieux que quiconque, je sais. Mais je ne suis pas la seule. Tout le monde semble savoir aussi ce qu'a dit une vendeuse zürichoise à une star américaine. On sait qui a tort, qui a raison, qui est coupable, et qui est innocent. On rend son verdict, et on le fait savoir, arguments fallacieux à l'appui, glânés ici ou là dans les journaux, sur Twitter, ou sur Facebook. 

La vérité nous échappe, mais peu importe, on mélange le tout et on la reconstitue, on la sculpte, on la façonne. Le buzz enfle, des clans se forment. Les langues se délient, et comme la bouche reste ouverte à remâcher sans cesse ce qu'on pense savoir, on bave. Une bave acide, inutile, mais corrosive. Les fausses certitudes, les hurlements indignés, les jugements péremptoires, les insultes à peine masquées, s'échangent avec délectation et gourmandise. Tour à tour juge et avocat de la défense, on jubile, on se gargarise de sa propre salive, et on existe. 

La vendeuse zürichoise ne dort plus la nuit, apprend-on. Elle tente de se justifier dans les mêmes journaux qui ont d'abord donné la parole à celle qui a le plus de poids. Elle se défend, mais ses mots se perdent parmi les excuses plates de l'Office national suisse du tourisme. Il ne connaît pas non plus la vérité, l'Office, mais dans le doute et par précaution, il a hâtivement baissé la culotte. Une fois la lune alignée sur le doigt qui la montre, la messe est dite. 

Dans l'autre camp, on trouve là une bonne occasion de fustiger les riches et les puissants, leur superficialité, leur vacuité. Les certitudes n'y sont pas moins fortes. Capricieuse, égocentrique, vexée de ne pas avoir été reconnue, on est tous dans la tête d'Oprah, comme si on la connaissait depuis toujours. Mais attention, c'est une femme noire, il faut donc peser ses mots, pour ne pas être taxés de racisme et de misogynie. 

Nous sommes les spectateurs de l'arène, et comme nous sommes bien nourris, comme nous avons le pain à profusion, ce genre de buzz, qu'il soit international ou local, ce sont les jeux. Nous levons ou baissons le pouce pour décider de la mise à mort virtuelle de l'une ou l'autre. La vérité, elle, tout le monde s'en fout, elle a rendu l'âme depuis longtemps.