UA-73135419-1

24/01/2014

La lente agonie des buffets de gare

buffet_de_la_garedelausanne.jpg

Les buffets de gare sont en voie d'extinction en Suisse. Ils meurent les uns après les autres au gré des rénovations, dans l'indifférence générale. Adieu les mets de brasserie, les boiseries, l'ambiance sombre et feutrée, les banquettes en cuir usé, les peintures murales ou les hauts plafonds.

Dans la plupart des grandes villes de notre pays, les voyageurs fatigués et encombrés de valises ont perdu ces havres de paix hors du temps, remplacés par des bars-lounge, des self-service sans âme, ou des usines à hamburgers, dans lesquels on ne s'attarde qu'à contrecœur en attendant son train, résigné. Les retraités qui tapaient le carton, les ouvriers qui ouvraient leur journée à la bière ou au ballon de blanc n'osent plus trop y mettre les pieds. Ces lieux de vie et de rencontres improbables sont devenus aseptisés et impersonnels.

Avez-vous déjà bu un café dans le bistrot qui fait désormais office de buffet de gare à Genève? Le concept hybride avec sa décoration mi-italienne mi-américaine (façon route 66) laisse songeur. Il a, pour le pire, remplacé une cafétéria qui fichait déjà le bourdon. Alors, pour vous remonter le moral, allez donc faire un tour au buffet de la gare de Lausanne, encore préservé, où l'on peut déguster de la tête de veau ravigote à toute heure sur des nappes immaculées, sous l'œil attentif de serveurs aguerris magnifiquement habillés de grands tabliers blancs.

Quand par chance, dans une autre ville du pays, vos pas vous guident vers un vrai buffet à l'ancienne, prenez votre temps, savourez ce lieu peut-être lui aussi menacé d'être remplacé par une chaîne plus rentable, commandez un bœuf bourguignon ou une choucroute, et au besoin, ratez votre train. Des trains, il y en aura toujours. De vrais buffets, plus pour longtemps.

Texte publié sur www.bluewin.ch le 9.12.13 via ATCNA
Photo: Stéphane Guex-Pierre