UA-73135419-1

28/08/2013

Entreprises suisses sur Facebook, les tops et les flops

Facebook_like_thumb.jpgEn matière de communication avec leurs clients, les entreprises suisses ont-elles bien négocié le virage des réseaux sociaux? 

Facebook a dépassé en octobre dernier le milliard d'utilisateurs au niveau mondial et plus de 3 millions de Suisse y possèdent un compte, ce qui fait de notre pays le 50e mondial en termes de nombre d'utilisateurs. Depuis l'entrée en bourse réseau de Mark Zuckerberg en mai 2012, il devient difficile pour les entreprises suisses d'ignorer ce formidable outil et de ne pas l'intégrer à leur stratégie de communication globale. De la PME locale à la marque de luxe au rayonnement international, on commence à prendre conscience qu'on ne peut plus ignorer le web 2.0, même si les besoins et les moyens diffèrent. 

Des patrons méfiants 

Dans les hautes sphères de certaines entreprises, on n’est pas encore à l’aise avec l’univers de Facebook. Les entrepreneurs eux-mêmes peu actifs sur les réseaux sociaux ont parfois du mal à appréhender sa logique et son potentiel. Encore trop souvent, la création d'une page Facebook ne s'accompagne pas des moyens nécessaires à son succès, à savoir une stratégie spécifique, un univers visuel adapté et un community manager dédié. Les réseaux sociaux ne cessent de croître et se multiplier, et il n’est pas étonnant que certains dirigeants se sentent désarçonnés quand il s’agit de les approcher. Le niveau d’interactivité sans précédent qu’ils offrent oblige les entreprises à redoubler d’efforts pour élaborer des stratégies et un langage adaptés. 

Investir dans le web 2.0

L’investissement le plus important au départ doit se faire dans la formation des employés et des dirigeants. Habituer les uns et les autres à communiquer de façon pertinente via ces outils est essentiel. L’effort doit être financier et en termes de ressources humaines : engager un community manager de talent, concevoir des images travaillées spécifiquement pour le format Facebook, rédiger des textes courts et percutants, autant de facteurs de succès pour une communication efficace sur la plateforme. Si la plupart des grandes marques maîtrisent parfaitement le "langage Facebook" en faisant la part belle à l’interactivité via des quiz, des concours ou des événements uniquement accessibles via leur page publique (Ovomaltine, Ikea Suisse, Lindt, La poste), d’autres semblent se passer de community manager et de budget dédié, et présentent des vitrines pauvres et statiques, et donc contre-productives. 

Les grands absents

Au milieu la frénésie générale, certaines grosses entreprises, comme Coop ou Globus, ont choisi d'ignorer totalement les réseaux sociaux. Au risque pour celles-ci de laisser fleurir de façon anarchique des pages non officielles mal conçues apparaissant en tête des recherches Google, et créant une confusion, ainsi qu'un déficit d'image. Du côté de chez Coop, on assume son choix, même s'il semble anachronique. Selon Nadja Ruch, porte-parole du distributeur, "pour Coop, la question de la pertinence de l'investissement se pose. Jusqu'à maintenant, nous nous investissons dans nos magasins et activités, via lesquels nous pouvons nous adresser de façon très ciblée à des groupes de clients plus larges". L’entreprise offre toutefois la possibilité à ses clients de partager les contenus de son site Internet sur les réseaux sociaux, via des boutons adaptés sur chaque page. 

L’horlogerie au top

Selon une étude menée par Virtua en 2011 sur la popularité des entreprises suisses sur Facebook, c'est de très loin le secteur de l'horlogerie qui fait le plus d'adeptes sur le réseau social. Dix-sept entreprises horlogères figurent parmi les 50 marques suisses les plus populaires sur Facebook, à l’instar de Piaget et ses 420'000 fans. Ensemble, elles regroupent près de 3 millions de fans. Rolex, absent de Facebook jusqu’à récemment, et présent seulement via des pages de fans de piètre qualité, a très rapidement dépassé tous ses concurrents sa nouvelle page lancée le 24 avril dernier, qui compte déjà plus de 710'000 adeptes à ce jour. 

La gestion du web 2.0, un nouveau marché

Le nouveau challenge pour les entreprises suisses ? La maîtrise des outils plus récents du web 2.0, à savoir Twitter, Instagram, ou encore Pinterest. Avec le flux de messages en 140 caractères ou l’image savamment retravaillée, ce sont encore d’autres opportunités de communication avec leurs clients qui s’ouvrent à elles. Ce nouveau marché n'a pas échappé à Steve Savioz, fondateur et CEO de l'agence spécialisée romande Virtua SA, qui propose ses services de gestion de communication 2.0 depuis 2008 déjà. "Comme pour tous les autres médias utilisés à des fins de communication, il est essentiel d’avoir une stratégie cohérente pour l’ensemble des plateformes sociales. Générer de la visibilité sur une cible précise n’exigera pas l’utilisation des mêmes outils qu’une stratégie de fidélisation ou de ventes", prévient le jeune entrepreneur. Car si pour l'instant les médias sociaux sont essentiellement utilisés pour la communication et le marketing, leur usage potentiel ne s'arrête pas là. Que ce soit pour le service client, les ressources humaines ou la création de nouveaux produits et services, tous les départements des entreprises sont concernés, et les changements à venir sont potentiellement bien plus radicaux que ceux auxquels on a déjà assisté. 

24/01/2013

"J'aime"


photo.jpegFacebook a changé la donne des relations hommes-femmes. Le réseau social a ouvert une multitude de contacts et d'échanges potentiels, du virtuel au réel. On y "aime" à tour de bras, et parfois, à force, on y a le coeur qui bat. Cela peut durer une seconde, le temps d'une image ou d'un mot qui nous touche. Mais aussi se prolonger, se développer en des sentiments plus profonds.

Mais la dérive n'est jamais loin. On peut facilement voir des choses là où il n'y en a pas, et interpréter un "j'aime" comme une marque d'intérêt pour soi alors que ce n'est finalement qu'un intérêt passager pour une publication. De même, l’absence de commentaire ou de "j’aime" peut-être perçu comme un manque d’attention. La personne concernée se sent mal aimée, délaissée, ignorée, et cela peut créer de la frustration, de la colère, de la tristesse. Ces interprétations hâtives et souvent erronées peuvent facilement déboussoler une personne fragile ou en recherche maladive de reconnaissance. 

Une récente étude allemande rapportée par le Nouvelliste révèle que "les membres de Facebook seraient souvent jaloux de leur amis et malheureux". Jaloux des amitiés ou des amours qui semblent glorieusement s'afficher (même si la réalité est tout autre), des photos de vacances, du nombre de messages postés pour un anniversaire, du nombre de "J'aime" ou de commentaires sous une publication. Que tout cela soit au fond du vent et de nature éphémère n'entre pas en ligne de compte, les émotions étant, elles, réelles. 

Le virtuel infiltre le réel, et inversement. Quand on est sur Facebook on y parle de sa vie, et autour d'un verre, on se surprend à parler de Facebook. Comment faire la part des choses, et maintenir des frontières claires? Cela demande une discipline et une attention de tous les instants. S'auto-censurer quand on a envie d'y crier sa rage ou son bonheur n'est pas aisé, tant il est tentant d'utiliser cet outil addictif comme exutoire des émotions qui peuvent nous submerger. En partageant à tâtons mais à tue-tête, on se libère, certes, mais on se met un nouveau fardeau sur les épaules, celui de l'exposition publique de sa vie privée, qui se trouve commentée, discutée, disséquée, et rapportée à d'autres. La recherche d'un réconfort ou d'une gratification illusoires s'y paient cash. 

Présente sur le réseau social depuis 2007, j'ai vu en cinq années d'activité (comme beaucoup d'autres adeptes de Facebook sans doute), des couples se former grâce aux contacts facilités ou d'autres se défaire à cause d'une jalousie mal placée, des drames se jouer en public, des secrets être malencontreusement ou intentionnellement révélés. J'ai vu des amitiés exploser sur un malentendu, des débats virer à l'insulte puis à la plainte, des réputations être écornées par la diffamation ou la caricature. Mais, fascinée malgré tout par la puissance inégalée de cet outil qui distord, malmène ou cimente (parfois, tout de même) les relations sociales ou amoureuses, vous m'y retrouverez toujours quotidiennement!

http://www.facebook.com/catherine.armand

12/02/2012

Screenwise, ou le prix de la servitude volontaire

pixo.jpeg

Sur Facebook, les internautes ont depuis longtemps compris qu'ils acceptaient implicitement de se faire espionner et de partager leurs données et habitudes pour pas un rond. Google, de son côté, leur propose désormais 25 dollars par an pour se mettre volontairement à poil et vendre leur vie virtuelle. Quel progrès. Au moins, ça a le mérite d’être clair.

"Help Us Make Google Better", leur demande-t-on, avec des majuscules, dans un vibrant appel. Ce "programme", appelé Screenwise, vise à mieux comprendre comment les gens utilisent internet, quelles sont leurs attentes, leurs habitudes. "Afin de fournir une meilleure expérience aux utilisateurs", explique Google. On en saura pas plus, la firme n'apportant aucune explication ni aucune garantie quant au contenu des données collectées, leur utilisation, leur partage ou leur revente à des tiers.

Ceux qui choisissent de devenir cobayes (ou "panelists", c'est plus chic) devront avaler à sec le virus espion "Screenwise" sous la forme d'une extension à télécharger. Celle-ci enverra alors à Google toutes les informations concernant les sites visités et les interactions avec ceux-ci.

D'autre part, Google précise que les internautes peuvent "participer à cette expérience" dès l'âge de 13 ans, au mépris, sans doute, de toute légalité. Il serait d'ailleurs intéressant de savoir combien de ces "moutons" qui se sont précipités sur l'offre douteuse sont des mineurs. Et combien ont informé leurs parents de la vente à bas prix de leur intimité.

Le plus surprenant, c'est que Google affirme être submergé de demandes, au point d'avoir dû stopper pour l'instant les inscriptions. Quelle motivation, au-delà de 25 dollars à faire valoir sous la forme d'un bon cadeau sur Amazon, peut bien pousser tant d'internautes américains à accepter de se faire fliquer de la sorte?

Ont-ils le sentiment de participer à la grande aventure de l'évolution d'Internet? De se rapprocher du Maître Google et d'être touchés par sa lumière quasi divine? Cela satisfait-il un besoin de reconnaissance, parce que Google s'intéresse à eux et avoue avoir besoin d'eux, à la manière du petit frisson de plaisir que peuvent ressentir certains quand on les appelle pour un sondage ou qu'on les arrête dans la rue pour un microtrottoir?

A la lecture de nombreuses réactions sur des forums spécialisés, on a le sentiment que les internautes ont baissé les bras quant à la protection de leur vie privée. Ils ne se font aucune illusion à ce sujet et se savent déjà suivis à la trace, via les réseaux sociaux, les cookies, etc. Alors, "autant que ca rapporte de l'argent", disent-ils. Même 25 misérables dollars, lâchés au compte-goutte à coups de 5 dollars par trimestre de pantalon gardé aux chevilles. Même pas de quoi payer la vaseline, pourtant.

"Ces misérables voient reluire les trésors du tyran; ils admirent, tout ébahis, les éclats de sa magnificence; alléchés par cette lueur, ils s'approchent sans s'apercevoir qu'ils se jettent dans une flamme qui ne peut manquer de les dévorer".

Étienne De La Boétie, Discours sur la servitude volontaire

20/12/2011

Nue dans le "journal"

 

c997m.jpg

Aujourd'hui, la ligne de vie n'est plus dans la main, mais sur Facebook. Depuis quelques jours, la Timeline (ou journal en français), vous permet de transformer votre profil en une frise chronologique présentant un condensé de votre vie depuis la naissance. Non, pas de votre VIE, juste de l’histoire de votre vie connue de Facebook, telle que vous avez bien voulu la dire.

La Timeline démarre donc par votre naissance. Pour ensuite volontairement afficher un énorme trou entre celle-ci et votre inscription à facebook, laissant le sentiment qu'avant votre arrivée sur le réseau social, vous n'avez pas vraiment existé. Ce trou perturbant, vous pouvez même le combler, publier vos photos d'enfance, reconstituer votre vie pré-internet. Nourrir le monstre Facebook de tout ce qu'il n'a pas pu encore attraper, de tout ce qui a précédé son avènement. Car Facebook n'aime pas que vous ayez existé avant lui, c'est évident.

Ainsi, entre 1966 et fin 2007, pas d'amis virtuels, pas de partage de mes humeurs, de mes photos, de mes situations amoureuses. Et je suis bien heureuse d'avoir vécu les moments les plus marquants de ma vie à ce jour (mon mariage, la naissance de mes enfants) sans réseaux sociaux pour s'en faire l'écho. Etant une "hypercommunicatrice" (c'est mon métier après tout), je n'aurais certainement pas résisté à la tentation de tout partager online... bébé no1 qui se renverse un yaourt sur la tête, bébé no2 qui barbote dans la piscine, mari no1 qui pose devant un coucher de soleil. Tous ces souvenirs sont à moi, et uniquement à moi, bien rangés dans des albums physiques, sur une étagère. Et quand mes amis viennent à la maison, je ne les leur mets pas sur les genoux pour qu'ils les parcourent.

Oui, j'ai existé entre 1966 et 2007. Non, vous n'en saurez rien.

Mais plus j'avance en âge, plus mon passé (celui d'avant 2007 donc) devient flou, et les repères moins nombreux. Mes souvenirs se focalisent de plus en plus autour des photos, des lettres. Certains moments de vie dont il ne reste pas de trace physique commencent à se dissoudre et se perdre. Dès lors, ma Timeline rend ces dernières années d'une clarté que je n'ai jamais connue. Chaque publication est le point de départ d'une multitude de souvenirs, d'émotions partagées. Et les petits trous entre deux publications sont plus facilement comblés par mon cerveau stimulé par les impulsions de cette biographie numérique.

Ce passage de mon profil facebook à la forme de "journal intime" aura eu au moins un mérite: celui de m'ouvrir les yeux sur la quantité d'informations personnelles que j'ai pu partager volontairement avec mes (trop) nombreux amis virtuels. Inspirée par un de mes amis dont la Timeline est entièrement vide et qui supprime ses statuts après quelques heures, grande est la tentation de l'imiter, de tout effacer, tout vider.

En attendant, petit à petit, je nettoie cette Timeline indécente qui me met à nu. Je la purge des états d'âmes, des états amoureux, des émotions, pour n'y laisser que des informations sans conséquences. Un jour, je l'effacerai entièrement. Ce sera un lâcher-prise salutaire, lorsque j'aurai admis que ce que je suis va bien au-delà de ce que je montre. Et que ne rien montrer ne signifie pas ne pas être.