UA-73135419-1

29/12/2011

Le Courrier déterre maladroitement Amy

 

amy.jpgA la lecture du Courrier du jour, on pourrait croire que le petit journal genevois a dégoté dans ses fonds de tiroirs une interview inédite d'Amy Winehouse. Que nenni, il s'agit en fait d'un entretien virtuel post-mortem avec la chanteuse disparue il y a quelques mois. Dérangeant. Pour ne pas dire de mauvais goût.

En tant que fidèle abonnée de ce journal, je n'ai pas l'habitude d'en critiquer le contenu, la plupart du temps hautement pertinent. De même, la forme de fausse interview de star disparue, même si éculée, est amusante en soi. Pourtant, dans ce cas précis, le quotidien, peut-être dans un souci de légèreté, a manqué de finesse, sinon de bon sens.

Sachant que ce sont les excès, et plus particulièrement l'alcool, qui ont achevé Amy, Le Courrier aurait pu par exemple éviter de faire dire à la chanteuse au sujet du club des 27:  "C’est assez sympa. On se retrouve tous les mardis soir pour discuter et boire un verre". Les fans encore éplorés apprécieront.

Amy Winehouse est morte tragiquement, et trop jeune, soit. Depuis, elle est devenue un produit marketing très lucratif, surtout en ayant eu la présence d'esprit de disparaître à quelques mois de Noël, laissant tout le temps à sa maison de disques d'inonder le marché d'idées à placer sous le sapin. Et ça n'est pas fini, on va encore nous en servir de l'Amy à foison, sous la forme de galettes d'inédits, de vidéos de concerts, d'un film, de merchandising. Et de tout ce qu'on pourra encore trouver à nous faire consommer.

Certes, Le Courrier dénonce à demi mots à travers le personnage de la chanteuse cette "marchandisation" qu'elle n'apprécierait certainement pas. Le message est louable. La forme, maladroite. Alors, de grâce, laissons Amy Winehouse là où elle est. Et évitons de mettre dans sa bouche des inepties telles que: "Un film? Ah, vous me l’apprenez. Vous savez, je n’ai pas les journaux ici".

Tant mieux, Amy, j'ai envie de dire. Vous ne perdez pas grand chose!

http://www.lecourrier.ch/une_amy_qui_vous_veut_du_bien