UA-73135419-1

29/11/2017

Sauvons la poste de Chêne-Bougeries !

poste.jpg

Après la fermeture du bureau de poste du quartier de Conches remplacée par des prestations postales de base dans une petite épicerie, la Poste Suisse a annoncé qu’elle avait pris la décision de fermer également le second bureau de poste de Chêne-Bougeries, situé en face de la mairie. Une ville de plus de 11’000 habitants se doit d’avoir son office postal et de pouvoir profiter du service public universel de la poste !  


Une ville en pleine expansion

Chêne-Bougeries se développe à un rythme soutenu avec de nombreux nouveaux immeubles construits et en projet dans tous les quartiers, mais principalement au centre et au nord de la commune. Le développement actuel et planifié de Chêne-Bougeries représente 2’697 logements dans des ensembles collectifs, soit près de 5’200 personnes en moyenne sur ces nouveaux quartiers1.

Cette poste est située juste au milieu de cet intense développement locatif !

Maintenir ce bureau est donc indispensable dans une zone aussi dynamique.

A ces constructions d’immeubles en zone de développement, il faut ajouter de la densification intense de la zone villas depuis la modification en 2012 de l’article 59 alinéa 4 de la LCI, qui voit aujourd’hui chaque villa vendue et détruite sur la commune être remplacée par une densité doublée de villas mitoyennes. Sachant que la zone villas représente plus de 70% du territoire de Chêne-Bougeries, il y a là aussi un potentiel de nouveaux habitants importants. 

Rappelons également que ce qu’on appelle le fameux « goulet » de Chêne-Bougeries, situé à deux pas de la poste, va prochainement commencer sa mue et abriter de nombreux logements, quelques commerces et une auberge communale. Chêne-Bougeries va enfin dans les années à venir retrouver son centre de village, et l’office de poste y aura plus que jamais une place de choix.

24% de personnes âgées sur la commune

Cette fermeture est inadmissible et représente une nouvelle attaque contre le service public de proximité et les conséquences vont bien au-delà de la simple disparition d’un guichet postal. Chêne-Bougeries est la ville romande comprenant le plus de retraités (près d’un quart de la population) et 9% de personnes de 80 ans et plus2. Certaines ont des difficultés pour se déplacer d’où l’importance de garder cet office ouvert. Notre office de poste renforce les liens sociaux, est un point de repère important pour ces personnes parfois isolées.

Aujourd’hui, Syndicom et le groupe Alternatives pour Chêne-Bougeries (Parti Socialiste + Parti Radical de Gauche réunis au sein du Conseil municipal) lancent une pétition demandant à la Poste Suisse le maintien de l’office de poste de Chêne-Bougeries.

La récolte sera symboliquement lancée ce samedi 2 décembre de 9h à 11h devant la poste de Chêne-Bougeries (route de Chêne 147, arrêt tram 12 Grange-Falquet), avec des prises de parole des initiants à 10h. La récolte se poursuivra pendant tout le mois de décembre et début janvier pour un dépôt auprès de la Poste mi-janvier 2018.

>> TELECHARGER ET SIGNER LA PETITION

 

1 Calcul de 1.9 personnes en moyenne par logement :

Pré-Babel (construit)
Hauts de Malagnou (construit)
Bessonnette (construit)
Nouveau Prieuré (construit)
Pré du Couvent (construit)
Rigaud-Nord + Codha (construit)
Pré-Babel 3 - Le Corylus (construit)
Falletti-Puthon (en cours)
Jules-Cougnard (en cours)
Odier-Chevillarde (en cours)
Surélévation Montagne (en cours)
Challendin (planifié)
Village de Chêne-Bougeries (planifié)
Rigaud-Montagne (planifié)
Chevillarde-Jules-Cougnard (planifié)
Malagnou –Paumière (planifié)

2 Source Tribune de Genève https://www.tdg.ch/geneve/grand-geneve/gland-chenebougeries-grand-ecart-generationnel/story/13322820

31/12/2012

Dites oui à l'Etoile de la Mort!

death-star-1.jpeg

Fans de "Star Wars", cette nouvelle va vous combler, car vous en avez sûrement tous rêvé: la Maison Blanche se retrouve dans l'obligation d'étudier la possibilité de construire une "Etoile de la Mort". Ou en tout cas de prendre position face aux pétitionnaires qui la réclament via le site participatif de la Maison Blanche "We the People”.

Pour rappel, l'Etoile de la Mort, arme ultime de l'Empire dans le premier épisode de la trilogie originelle Star Wars, est une station spatiale de la taille de la lune, dotée d'un rayon laser capable de détruire une planète entière. Elle emploie plus d'un million de personnes. Elle fut détruite, puis reconstruite encore plus grande dans le deuxième épisode "The Empire strikes back". 

Créée le 14 novembre, la pétition a atteint dans le délai réglementaire de 30 jours les 25'000 signatures nécessaires pour que l'administration Obama soit contrainte d'y apporter une réponse officielle. A ce jour, elle a même dépassé les 33'000 signatures. Ce qui reste toutefois modeste, à l'échelle de la population des Etats-Unis. La barre des 25'000 paraphes, électroniques qui plus est, peut dès lors être atteinte très rapidement. Toutes les pétitions étant acceptées, il est à craindre que l'administration Obama doive assez souvent répondre à ce genre de questions farfelues. La pertinence même de ce site est d'ailleurs maintenant remise en question. 

Mais ne nous y trompons pas, les initiateurs de la pétition semblent, eux, prendre leur demande très au sérieux. "En concentrant les ressources de la défense dans une plateforme spatiale armée telle que l'Etoile de la Mort, le gouvernement pourra soutenir la création d'emplois dans les domaines de la construction, l'ingénierie, l'exploration spatiale, et bien plus, renforcer la défense du territoire américain", disent-ils. 

Mais quelques détails se mettent déjà en travers de cet audacieux projet: selon des étudiants de l'Université de Lehigh, qui se sont amusés à étudier la faisabilité du projet, il faudrait environ 800'000 ans simplement pour produire la quantité de métal nécessaire à la construction de l'Etoile, qui devrait avoir un diamètre de 140 km. Pour démarrer en 2016 comme exigé dans la pétition, cela va donc être un peu juste.

Il ne faut pas oublier que l'Empire avait à sa disposition, dans les films de Lucas, les ressources naturelles d'innombrables planètes, ainsi que des millions d'ouvriers sous-payés venus de toute la galaxie. Avec sous la main une seule misérable planète déjà surexploitée, et des finances au plus bas (le coût total estimé par les étudiants de Lehigh est de 852 millions de milliards de dollars), Barack Obama a peu de marge de manoeuvre. 

Ce n'est pas la première fois que la station spatiale imaginée par Georges Lucas fait une incursion dans le monde réel et suscite les passions. Lorsque la sonde Cassini a ramené en 2004 une photo d'une étrange planète présentant un cratère la faisant ressembler à l'arme de l'Empire, de nombreux fans étaient persuadés qu'une Etoile de la Mort avait été construite dans le plus grand secret pour nous préserver contre les invasions ennemies. Il s'est avéré qu'il s'agissait en fait de Mimas, un des 31 satellites de Saturne. Moins glamour, mais certains croient encore dur comme fer que la nouvelle Etoile existe déjà, et qu'on nous cache la vérité. 

L'Etoile de la Mort n'a donc pas fini de nous faire rêver. Et on attend avec la plus grande impatience la réponse du gouvernement américain. Allez, Barack, fais un effort!