UA-73135419-1

08/01/2012

De la chair à statistiques

 

statistiques-interessantes-segmentation-donat-L-1.jpegJ'apprends, grâce au Matin et à une étude californienne sur le sexe et le 3è âge (oui, j'en fais partie, les femmes interrogées ayant de 40 à 99 ans), que mon plaisir est censé augmenter, même si mon désir baisse. Que je suis globalement satisfaite de ma vie sexuelle, "même si je n'ai pas de partenaire". Ca va changer mon quotidien, pour sûr.

Les hommes suisses, apprennent, eux, toujours dans le Matin, qu'ils n'aident pas assez leurs compagnes dans les tâches ménagères. "Les nouveaux pères, une belle arnaque", nous assène-t-on sur la base d'une étude de l'OFS. On sait exactement combien d'heures ils consacrent à leurs enfants, au ménage, aux courses. Une "réalité" accablante.

Le Dieu des journalistes, des sociologues et des politiciens s'appelle OFS (Office Fédéral de la Statistique). Omniscient et omnipotent, il interroge, dissèque, interprète, catégorise et nous dit qui nous sommes, nous, "les Suisses". Avec la statistique, pas de place pour le conditionnel ou pour le doute. Sur cette base inattaquable, les journalistes étalent des certitudes, les sociologues pontifient, et les politiciens décident.

Nous sommes tous de la chair à statistiques. Sur la base d'un échantillon soi-disant représentatif, on nous range, on nous classe, on nous étiquette. Avec un aplomb qui ne permet aucune discussion, nous apprenons, grâce aux chiffres magiques de l'OFS, comment nous achetons, comment nous mangeons, comment nous aimons, comment nous baisons.

Nous sommes une tranche d'âge, un sexe, un type de famille, une classe sociale, un niveau d'études. Nous sommes un point sur une courbe, une tranche de camembert, une strate de bâtonnet. Nos vies, nos goûts sont en couleur, et le plus souvent en 3D.

Et moi, ne suis-je donc rien d'autre qu'une Suissesse entre 40 et 50 ans, ou pire, une ménagère de moins de 50 ans qui trimballe son fameux panier, divorcée avec deux enfants, et salariée? Même si mon âge n'a rien à voir avec mon mode de vie, même si mon divorce ne régit pas mon quotidien, même si mes enfants sont hors normes, car élevés ainsi, et même si mon boulot est atypique et inclassable?

Je reste malgré tout, et nous restons tous, un petit pourcentage qui traîne dans les méandres de l'OFS.

16:24 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : statistiques |  Facebook |