UA-73135419-1

29/03/2012

Titanic en 3D, le trailer

titanic3.jpeg

Il n'est pas encore sorti, mais on a déjà la bande annonce, en avant première genevoise. Chaussez les lunettes, enfoncez-vous dans votre siège, c'est parti...

On y voit le Titanic PLR s'enfoncer dans les flots, doucement mais inexorablement. L'iceberg était pourtant visible de loin, mais l'inertie du navire et le manque d'anticipation de l'équipage le mènent maintenant à sa perte.

Les passagers UDC, relégués en 3è classe (leur odeur épicée dérangeait dans les beaux salons, paraît-il), ont néanmoins trouvé le moyen de rejoindre le chalutier du MCG, qui voguait justement à proximité, tout à fait par hasard. "Ca sent le poisson à bord, mais au moins ça flotte", se disent-ils en s'éloignant, abandonnant le Titanic à son sort.

Les quelques verts libéraux invités sur la croisière ont préféré tenter leur va-tout et sauter dans l'eau glacée, même s'ils ne savent pas encore bien nager. Des rescapés leur lanceront-ils des bouées? Suspense. La noyade semble programmée, mais ils se débattront jusqu'au bout.

Parmi l'équipage du navire en perdition, c'est la débandade. On a vu un mousse influent rejoindre seul la lointaine rive PS (un abandon de poste, certes, mais tout de même un exploit courageux), alors que d'autres tentent de rattraper à la nage le chalutier MCG/UDC. La plupart ne savent plus quelles tâches leur sont dévolues dans cette situation de crise. Les exercices d'urgence ont probablement été bâclés, par excès de confiance. Après tout, le Titanic PLR, construit récemment, avait été annoncé insubmersible.

Un des jeunes cuisiniers, commis aux épluchures mais caressant le rêve de coiffer la toque de chef, refuse de croire que son destin risque de prendre l'eau. Il reste derrière ses fourneaux, apparemment imperturbable. Toute cette agitation sur le pont s'apparente pour lui à de la mauvaise tambouille. Sa recette est prometteuse, il en est certain. Reste à trouver l'opportunité de la cuisiner, et de la servir, sans boire la tasse.

Seul dans la cabine de pilotage, le jeune capitaine s'indigne et s'insurge de voir son équipage perdre ses nerfs, et les chaloupes s'éparpiller sur les flots sans aucune coordination. Il s'accroche à la barre devenue inutile, et serre les dents.

Sur le pont, l'orchestre du PDC reste fidèle au poste, et accompagnera le naufrage jusqu'au bout. Il n'a nulle part où aller, il faut dire, alors il joue.

Ah, ça donne envie de voir le reste du film! C'est quelque chose, la 3D.