UA-73135419-1

  • La Gradelle : un quartier cerné par les antennes 5G

    Capture d’écran 2020-01-30 à 10.12.32.pngLa prolifération de plus en plus rapide d'antennes 5G sur le territoire genevois malgré un moratoire cantonal et des moratoires communaux révèle la détermination des opérateurs à mettre en oeuvre cette nouvelle technologie dans une ambiance très concurrentielle, tout autant que l'impuissance des autorités à contrôler cette fuite en avant. 

    Etablie par la RTS à partir des données de l'OFCOM, la carte de comparaison des antennes 5G entre juin 2019 et janvier 2020 est édifiante... Dans le quartier de la Gradelle à Chêne-Bougeries par exemple, ce sont 4 (!!) antennes 5G qui ont été installées ces derniers mois (dont deux côte à côte), à proximité immédiate de 2 crèches, 1 EMS, 1 école primaire, 1 cycle d'orientation et un centre de loisirs. Sans oublier près de 1500 habitants. 

    Malgré le moratoire cantonal, et une motion de notre groupe politique Alternatives pour Chêne-Bougeries et les Verts acceptée au Conseil municipal, les opérateurs continuent l'installation d'antennes 5G sur notre territoire communal en toute impunité, en transformant les antennes existantes, qui sont déjà au bénéfice d'une concession fédérale. 

    Au moment du vote de cette motion, une seule antenne 5G était active à Chêne-Bougeries selon la carte de l’OFCOM, sur le toit des immeubles de la Gradelle, au niveau du no 32. Or, depuis le vote de cette motion, pas moins de 3 nouvelles antennes 5G ont été activées, portant à 4 les antennes 5G sur les toits de la Gradelle. C’est d’ailleurs le seul endroit de la commune pour l’instant à en être équipé.

    La situation actuelle à la Gradelle :
    Chemin de la Gradelle 32 : Antenne 3G/4G SWISSCOM transformée avec 5G (dossier APA 17114/1)
    Avenue des Amazones 6 : Antenne 4G SWISSCOM transformée avec 5G (dossier DD 102652/1)
    Avenue des Cavaliers 13 : Antenne 3G/4G SWISSCOM transformée avec 5G (dossier DD 106542/1)
    Avenue des Amazones 4 : Antenne SUNRISE transformée avec 5G, mais présentée comme nouvelle antenne sur le site de l'OFCOM dossier DD 99826/1)

    Intriguée par cette antenne de l'avenue des Amazones 4 dont le statut semble flou, une petite enquête auprès de l'Office des autorisations de construire de l'Etat de Genève révèle que le processus d'implantation des antennes 5G échappe grandement au contrôle de l'Etat.

    L'installation du 4 avenue des Amazones dispose d'une autorisation d'exploitation depuis 2005, sans qu'aucune antenne n'y soit toutefois répertoriée par l'OFCOM (Voir la carte OFCOM des antennes de téléphonie mobile).

    Capture d’écran 2020-01-30 à 09.47.47.png

    Selon l'Etat, une autorisation non utilisée perd sa validité au bout de 4 ans au maximum (2 ans + 2 pans de prolongation possible). Or cette autorisation est restée valide jusqu'à aujourd'hui et fin 2019 l'opérateur a saisi le SABRA (Service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisants) via Enkom AG (installateur) pour demander une autorisation de "modification mineure" ne nécessitant pas d'autorisation de construire (en clair un ajout de la 5G sur une antenne déjà au bénéfice d'une autorisation).

    Alors, cette antenne était-elle pré-existante ou une antenne 5G a-t-elle été installée en toute impunité malgré le moratoire à un emplacement inutilisé par l'opérateur ? Difficile de le savoir...

    De fait, l'Etat (de l'aveu du responsable ayant répondu à mes questions) n'a aucun moyen de connaître précisément la nature des "transformations mineures" annoncées. La technologie 5G n'apparaît nulle part dans les documents, il semble que tout se fasse tacitement ! 

    Ce qu'on peut conclure de cet exemple de la Gradelle ? Que l'installation de la 5G sur le territoire se fait de façon totalement opaque et presque en catimini, sous le nez d'autorités impuissantes (malgré des moratoires brandis de tous côtés) et finalement peu curieuses d'enquêter sur la légitimité de certaines antennes.

    Catherine Armand
    Conseillère municipale
    Candidate au Conseil administratif de Chêne-Bougeries
    www.alternatives-chenebougeries.ch

  • Des inégalités aussi dans les communes "riches" !

    chene-bougeries, social,politiqueLes inégalités dans la cossue ville de Chêne-Bougeries ? Nous avons tendance à croire qu'elles se résument à ceux qui ont une piscine, et ceux qui n'en ont pas. Et pourtant... Le dernier rapport de l'Etat sur les inégalités dans les communes (sorti en janvier 2020) donne un éclairage bien différent de ce qu'on peut imaginer.

    La part de contribuables à bas revenus est de 20.87% à Chêne-Bougeries, et la part des enfants scolarisés d'origine modeste est de 26.8%, principalement à l'école de Chêne-Bougeries (centre). Nous avons également dans la commune 7.6% de bénéficiaires de subsides sociaux.

    Ces chiffres sont préoccupants, et c'est pourquoi nous avons besoin aujourd'hui sur notre commune de passer d’une politique sociale de "charité" et de "dames patronnesses" (avec distribution de fruits et patates une fois par an pour la somme de CHF 950.-) à une vraie politique d'action sociale avec une vision et des projets, qui informe la population des prestations qu'elle peut offrir, et qui va au devant des personnes ou familles les moins aisées.

    Sans remettre en question le travail des employés communaux qui font au mieux avec les moyens qu'on leur attribue, il faut constater qu'un petit bureau qui attend que des demandes lui parviennent n'est plus adapté ni à la taille de la commune, ni aux besoins de la population. Les habitants ne savent souvent pas que la commune peut les soutenir, et certains ne veulent pas faire le premier pas et réclamer, par principe et dignité.

    Un petit tour dans les comptes 2018 de la commune donne une bonne idée de la politique pratiquée par le PLR au pouvoir. Les budgets que nous votons sont systématiquement sous-utilisés :

    • Aide aux familles nombreuses : 0.- utilisés sur un budget de CHF 500.-
    • Intégration d'enfants avec handicap : 5'090.05 utilisés sur un budget de CHF 30'000.-
    • Action fruits et pommes de terre : 956.- utilisés sur un budget de CHF 3'000.-
    • Soutien à des projets d'aide pédagogique : 1'000.- utilisés sur un budget de CHF 32'500.- (le budget 2020 ne comporte du coup plus que CHF 1'000.-)
    • Aides individuelles : 39'282.10 utilisés sur un budget de CHF 49'000.- (le budget 2020 ne comporte du coup plus que CHF 45'000.-). Ces aides sont sur demande. 

    Il faut savoir que lors de la répartition des dicastères après les élections de 2015, les deux élus PLR et l'élu vert se sont renvoyés la "patate chaude" du social, dont personne ne voulait. C'est finalement le PLR qui en a hérité à contre-coeur, et cela se sent dans la politique pratiquée. Le manque d'intérêt, d'enthousiasme, de proactivité et de projets est patent.

    Facteur aggravant, le lien social manque car nous avons peu d'espaces qui le favorisent. Chêne-Bougeries manque encore de convivialité, elle n'a pas vraiment de centre où les gens peuvent se rencontrer et peu de commerces de proximité. Mais notre ville ne doit pas devenir une cité dortoir, elle doit avoir l'ambition d'être une vraie ville, avec sa vie propre, ses activités et animations dédiées à ses habitantes et habitants.

    C'est par le lien associatif, culturel et scolaire qu'on peut rencontrer et accompagner les personnes isolées, celles au chômage (3%, en augmentation), les familles monoparentales ou les moins aisées. Il est vital de développer au plus vite de nouvelles activités gratuites, des contrats de quartier, un soutien accru aux associations, un agrandissement de notre maison de quartier devenue trop petite, des actions d'entre-aide et d'échanges entre communiers, des locaux communautaires, du sport dans l'espace public, etc. Tout ce qui semble aller de soi dans une commune au budget confortable, mais qui manque cruellement aujourd'hui !

    Catherine Armand
    Conseillère municipale
    Candidate au Conseil administratif de Chêne-Bougeries
    www.alternatives-chenebougeries.ch