UA-73135419-1

Et moi, et moi, et moi

90251948_10159728051322516_4095051858454773760_n.jpgJ’avoue, je te connais mal… parfois je te maltraite, j’oublie de t’écouter. Le brouhaha de nos vies professionnelle et sociale nous dispensent la plupart du temps d’un véritable dialogue. Nous nous côtoyons, il nous arrive de nous apprécier, mais la bienveillance n’est de loin pas omniprésente.

Nous sommes coincées ensemble pour un moment. Après avoir quelque peu gesticulé et épuisé toutes tentatives de nous divertir de l’inévitable, il a fallu l’admettre ; nous allons devoir nous parler toi et moi. Peut-être même allons-nous apprendre à nous aimer. Vraiment, profondément.

Dans la situation actuelle, cela ne va certes pas être facile. Nos faiblesses, nos failles et nos défauts sont exacerbés, et prennent de plus en plus de place. L’indulgence dont nous devrions faire preuve fait parfois défaut… surtout le matin quand nous sommes encore chiffonnées, ou le soir quand le blues s’installe. Entre les deux, on se supporte. Comme on le fait tant bien que mal depuis 54 ans maintenant.

Je te regarde intensément dans le miroir et je te le redis chaque matin ; on en sortira plus fortes, toi et moi, c’est sûr. On va s’aimer… Je vais t’aimer… Je vais m’aimer, promis.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel