UA-73135419-1

La parenthèse

edward-hopper-morning-sun_1274872125.jpgNos vies sont entre parenthèses ; cauchemardesques ou enchantées, selon les situations. Faisant passer ce qu'elles contiennent au second plan, elles créent une digression, nous entraînant sur un chemin parallèle.
 
Dans nos cocons imposés, tout n'est plus que digression. Le temps s'écoule différemment, et nous y sommes autres ; sans travail et sans collègues (pour la plupart), sans vie sociale ou politique, loin des amis et des parents. Tout ce qui nous définit habituellement au monde est suspendu. Alors, sommes-nous encore nous-mêmes, ou sommes-nous peut-être enfin nous-mêmes, sur ce chemin de traverse ?
 
Au coeur de cette parenthèse peuvent germer des relations inédites. A distance ou rapprochées, ces complicités nouvelles trouvent un espace unique pour se développer. Sans parasitage ni brouhaha social, sans agendas surchargés, sans obligations ou missions, le champ est libéré pour le partage, la profondeur, la simplicité, la sincérité.
 
Lorsque cette parenthèse s'ouvrira enfin, que ferons-nous de ce que nous y avons découvert ? Peut-être retournerons-nous comme si de rien n'était à nos vies tourbillonnantes, et alors ces champs d'expérimentation relationnels se dissiperont-ils comme un lambeau de rêve ; ou peut-être deviendront-ils une première marche vers de nouvelles hauteurs.
 
Illustration : Morning Sun, Edward Hopper

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel