UA-73135419-1

Les coiffeurs sauveront le monde

a3c01b37bc0bae9466e174068d0cbe65.jpgAinsi donc, les salons de coiffure ont été estimés suffisamment nécessaires pour être parmi les premiers commerces à rouvrir, ce qui crée bon nombre d'interrogations, tant chez les professionnels que chez les clients.
 
Après quelques appels à des salons de la place, stupeur : malgré le manque de consignes de sécurité claires, malgré la crainte d'un virus encore tapi dans les recoins, dès l'annonce du "Grand Chauve" concernant la libération des figaros, les Genevois se sont précipités pour prendre rendez-vous. Les lignes fixes déviées sur les téléphones portables des gérants ont été prises d'assaut, et l'agenda s'est rempli bien avant l'ouverture des portes. Plus aucune place la première semaine dans bien des enseignes !
 
Pourquoi diable les cheveux sont-ils soudain si importants, au point de devenir pour beaucoup la première activité sociale post semi-confinement ? Cela interroge sur la frivolité supposée du sujet. Et si le soin capillaire était le symbole de notre retour à la normalité, à la vie elle-même ?
 
Des hordes de confinés blafards et hirsutes piaffent d'impatience à l'idée de pouvoir pousser les portes de leur salon fétiche, et de prononcer le rassurant "On fait comme d'habitude", ou au contraire l'audacieux "Je veux tout changer". Notre choix à ce moment-là définira notre état d'esprit pour faire nos premiers pas dans le "nouveau monde". Retournerons-nous avec soulagement sur un chemin balisé et connu, ou oserons-nous explorer de nouveaux territoires ? Notre coiffeur sera le premier à le savoir.
 
D'un coup de ciseau, d'un coup de pinceau enduit de colorant, ce professionnel à qui nous confions le droit de triturer notre représentation de nous-même, refaçonnera notre identité. Par ses gestes simples, il nous lancera à l'assaut de notre avenir. Alain Berset (bien que non concerné) l'a bien compris ; la société et l'économie ne peuvent être réactivées efficacement que par des personnes impeccablement coiffées.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel