UA-73135419-1

Pour bien finir

448_salle_CM.jpgLes conseils municipaux sont à l’arrêt depuis mi-mars, renvoyés à la maison pendant que les exécutifs fédéraux et cantonaux ont pris les pleins pouvoirs. Anesthésiés, figés, nous les élus communaux regardons la politique défiler devant nous sans faire partie du cortège.

Nous savions nos prérogatives limitées ; aujourd’hui nous avons l’impression que tout peut tourner sans nous, encombrants parlements de milice. En mettant de côté les délibératifs, ce sont les citoyens eux-mêmes qu’on exclut du débat, et du processus décisionnel. A coup d’ordonnances et d'arrêtés, le jeu démocratique se joue actuellement sans contrôle, sans contrepouvoir.

Pourtant, on a peu entendu de conseillers municipaux (moi y compris) élever la voix pour demander la réouverture des parlements. On arrive en fin de législature, il est vrai, et la campagne électorale a été éprouvante. En passant directement de l’ivresse des résultats à la stupeur de la pandémie, puis à la torpeur du confinement, nous nous sommes retrouvés comme sonnés.

Certains ne voient peut-être pas l’utilité de réclamer une dernière plénière en mai, sachant que la validation des comptes (prévue lors de cette séance) leur a été de toute façon retirée pour être confiée aux seuls exécutifs. Mais ce silence des délibératifs est inquiétant. Siéger est notre mission, notre raison d’être, et là, nous ne sommes plus rien. De simples citoyens confinés, tout comme celles et ceux qui nous ont choisis pour les représenter.

Le Conseil d’état, par son arrêté du 23 avril, autorise à nouveau les Conseils municipaux à siéger, sous conditions. Se réunir une dernière fois dans la cadre de la législature actuelle est donc maintenant possible, moyennant quelques adaptations pour respecter les consignes sanitaires et assurer la publicité obligatoire des débats. Au niveau des coûts que cette séance pourra engendrer, ils seront facilement compensés par l’économie faite sur les jetons de présence des élus et l’annulations des voyages et autres excursions de printemps.

Réveillons-nous, amis élus communaux, demandons et organisons cette séance plénière particulière. Elle sera également l’occasion de prendre congé de nos collègues qui ne rempilent pas pour une nouvelle législature ; après 5 ans à siéger ensemble, des liens de confiance (et parfois d’amitié) se sont créés, quelle que soit la couleur politique des uns et des autres. Avant de commencer une nouvelle législature, il est important de bien finir celle-ci, même dans la tourmente.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel